/misc
Navigation

Football universitaire: le Vert & Or, une équipe en apprentissage

L'entraîneur-chef du Vert et Or, Mathieu Lecompte
PHOTO AGENCE QMI, AUDRÉ KIEFFER L'entraîneur-chef du Vert et Or, Mathieu Lecompte

Coup d'oeil sur cet article

Malgré une décevante fiche de 1-4, les membres du Vert & Or de l’Université Sherbrooke voient énormément de positif dans leur campagne 2019.

Cette attitude s’explique par le fait que l’équipe de l’entraîneur-chef Mathieu Lecompte comprend surtout des joueurs qui n’avaient pas ou très peu d’expérience au niveau universitaire.

«Nous avons plus de 70 % de notre formation qui est composée de joueurs de première ou de deuxième année, a indiqué le pilote. Ce sont eux qui sont présentement sur le terrain et ils jouent pour nous. [...] Pour l’avenir, c’est très encourageant.»

«Il ne faut pas regarder les résultats dans la colonne des victoires et des défaites, mais plus regarder la progression de notre jeune équipe et le caractère que nous avons démontré», a ajouté Lecompte.

Parmi les jeunes joueurs du Vert & Or, le quart-arrière de première année Anthony Robichaud est l’un de ceux ajoutant passablement d’expérience.

«Individuellement, c’est plus difficile sur le plan des statistiques, mais je pense que c’est juste normal considérant que je suis un quart-arrière de première année, a exprimé le jeune homme de 20 ans. J’apprends énormément et c’est de l’expérience qui sera très utile dans le futur. Les résultats vont finir par arriver, ce n’est qu’une question de temps.»

Pas trop loin

Ces résultats dont parle Robichaud, la formation sherbrookoise aurait bien pu les obtenir dès cette année. En effet, trois des quatre revers du Vert & Or se sont décidés dans les derniers instants du match.

«Si nous regardons en arrière, il y a seulement un match où nous nous sommes fait un petit peu déclasser [une défaite de 41 à 10 contre le Rouge et Or de l’Université Laval] et c’était le premier match de la saison», a affirmé Lecompte.

«Nous devons être capables de gagner des matchs, même si nous n’avons pas l’effectif que nous aimerions avoir, a-t-il poursuivi. Présentement sur le plan de la profondeur, nous ne sommes pas où nous aimerions être. Il faut apprendre à composer avec les joueurs qui n’étaient pas nécessairement prêts à être sur le terrain, mais nous nous battons pour obtenir des victoires.»

L’importance du recrutement

Afin que son équipe puisse passer à la prochaine étape, Lecompte sait ce qu’il doit faire.

«Le recrutement sera crucial pour l’avenir du Vert & Or, a-t-il dit. En 2020, il y a une très belle cohorte qui s’offre à nous. Nous devrons être capables d’aller chercher les bons jeunes hommes qui la composent, comme nous avons pu le faire dans les deux dernières années.»

«Notre problème de profondeur pourrait être réglé avec la prochaine cohorte et pourrait changer le visage du football universitaire québécois dans les prochaines années.»

En attendant cette étape cruciale pour la suite, le Vert & Or se concentre sur une possible participation aux éliminatoires en 2019. Pour ce faire, il tentera d’infliger une première défaite aux Carabins de l’Université de Montréal, qui seront de passage en Estrie samedi après-midi.