/opinion/columnists
Navigation

Honorer un humble

Raymond Lévesque
Photo Le Journal de Montréal Raymond Lévesque

Coup d'oeil sur cet article

Dans le restaurant madelinot Les Îles en Ville, un des plus sympathiques de Verdun, j’assistais récemment au 91e anniversaire de notre chanteur-compositeur légendaire Raymond Lévesque. Aura-t-il droit un jour à une muraille aussi monumentale que celle de Leonard Cohen à Montréal ?

Oui, ces derniers jours, je voyais l’immense œuvre en hommage à Leonard Cohen. J’entendais aussi à la télévision ma collègue Denise Bombardier tenir tête à l’adversité bien-pensante avec son habituel aplomb.

Devant Raymond Lévesque en route vers la centaine et malheureusement sourd comme Beethoven, je me suis dit : « Voilà un géant qui, lui, se fera peut-être oublier... Sa carrière illustre n’a pas conquis les États-Unis, contrairement à Cohen, et il n’a pas le naturel combatif et flamboyant d’une Bombardier. » Heureusement que la chanteuse Marie-Josée Longchamps porte l’œuvre de ce géant sur ses épaules depuis une dizaine d’années.

Colonisés

Saviez-vous que la chanson Quand les hommes vivront d’amour a été traduite dans 12 langues ?

Saviez-vous que c’est l’acteur américain francophile Eddie Constantine qui a le premier chanté et propulsé mondialement ce titre devenu universel ?

Saviez-vous que lors de la chute du mur de Berlin, en 1989, cette même chanson dans sa version allemande a joué à la radio des deux côtés tandis que les gens se tenaient la main ?

Bien sûr que nous ne le savons pas puisque nous sommes des colonisés qui ne veulent rien retenir !

Simplicité

Quand nous avons fondé le Parti québécois dans l’aréna Maurice-Richard, en 1968, l’annonceur a présenté Raymond Lévesque, invité d’honneur, juste avant le chef du parti... Nous l’avons applaudi copieusement. Lui, avec son chapeau et son air innocent, avait blagué : « Non, vous vous trompez. Moi, c’est Raymond, pas René. »

Raymond Lévesque n’a pas l’impétuosité d’une Denise Bombardier ou le charisme suave d’un Leonard Cohen, ni les millions d’une reconnaissance anglo-saxonne. Saurons-nous honorer cet humble ?