/elections
Navigation

L'ultime débat approche

L'ultime débat approche
AFP

Coup d'oeil sur cet article

GATINEAU | Les six chefs des partis fédéraux s’apprêtent à en découdre, lors du dernier débat télévisé de la campagne électorale, prévu jeudi soir, au Musée canadien de l’histoire, à Gatineau.  

• À lire aussi - Sondage: le NPD et le Bloc remontent 

• À lire aussi - Jagmeet Singh va continuer de cibler Justin Trudeau 

L’économie et les finances, l’environnement et l’énergie, l’identité, l’éthique et la gouvernance, la politique étrangère et l’immigration et les services aux citoyens seront abordés au débat en français, donc le début est prévu à 20 h.  

L’enjeu sera à la fois délicat et primordial pour Justin Trudeau du Parti libéral, Andrew Scheer du Parti conservateur, Jagmeet Singh du Nouveau Parti démocratique (NPD), Elizabeth May du Parti vert, Yves-François Blanchet du Bloc québécois et Maxime Bernier du Parti populaire du Canada.  

D’ores et déjà, le néo-démocrate Jagmeet Singh a affiché ses couleurs en promettant en matinée d’attaquer tous azimuts son rival libéral Justin Trudeau. «Au cours du débat de ce soir, je vais m’assurer que les Canadiens aient un choix», a-t-il dit soutenant que sa cible principale sera le gouvernement libéral.  

M. Singh était le seul chef de parti qui a répondu aux questions des journalistes avant le débat de jeudi.  

De son côté, Justin Trudeau a profité d’une partie de sa matinée pour visiter un marché de citrouilles, à Manotick, une banlieue d’Ottawa. Le chef libéral sera sans aucun doute une cible également pour le conservateur Andrew Scheer, qui ne cesse d’affirmer que M. Trudeau n’est pas digne de gouverner.  

Le chef du Bloc québécois, qui a dû s’excuser relativement à des propos anti-islam de ses candidats, pourrait également être dans la mire de ses adversaires.  

Un coup de sonde Léger-La Presse canadienne rendu public mercredi confirme la remontée de la formation d’Yves-François Blanchet. Celle-ci a gagné huit points dans la dernière semaine seulement.  

Chez les francophones, la proportion de Québécois qui se disent prêts à voter pour le Bloc atteint 37 % (ils étaient 26 % le 2 octobre). Il s’agit là d’une donnée clé, a fait savoir le sondeur Jean-Marc Léger en entrevue au «Journal de Montréal». Le vote francophone, «c’est ça qui détermine [qui remporte] la majorité des comtés au Québec», a-t-il ajouté.  

Déjà mercredi, les chefs libéraux et conservateurs annonçaient leurs couleurs. «Le Bloc ne peut pas mener un plan pancanadien contre les changements climatiques», soulignait Justin Trudeau.  

«La véritable priorité du Bloc [...] c’est uniquement de travailler avec le Parti québécois pour réaliser la souveraineté», soutenait de son côté le chef conservateur Andrew Scheer.  

Le professeur Daniel Béland de l’Université McGill croit aussi que M. Blanchet va être plus attaqué jeudi au débat en français organisé par la Commission des débats des chefs.  

Revenant sur la formule du débat, M. Béland a souligné que si elle était similaire à celle en anglais de lundi, elle pourrait favoriser Justin Trudeau. Il a qualifié la formule de «bancale» parce qu’elle ne donne pas assez de temps pour répondre aux questions, du fait qu’on passe du coq à l’âne dans les sujets ou du nombre de modérateurs.  

M. Béland, également directeur de l’Institut d’études canadiennes de l’Université McGill, a souligné le débat sera important pour Maxime Bernier qui doit gagner sa circonscription ainsi que pour Elizabeth May, dont il estime que le parti a fait une très mauvaise campagne.