/sports/hockey/canadiens
Navigation

«Nous ne sommes pas à point» –Claude Julien

Claude Julien
Photo Ben Pelosse Claude Julien

Coup d'oeil sur cet article

Disputer une deuxième rencontre en deux soirs n’est pas une raison suffisante aux yeux de Claude Julien pour connaître une sortie aussi ordinaire que celle que ses hommes ont offerte aux partisans montréalais dans le match inaugural.

« Il faut donner crédit aux Red Wings. Ils ont joué un bon match sur la route. Ils ont été patients, ils nous ont forcés à faire des erreurs et ils en ont profité », a d’abord indiqué l’entraîneur du Canadien.

Puis, du même souffle, il a sermonné sa troupe.

« Ce n’est pas de la fatigue. Mentalement, nous ne sommes pas à point, a-t-il martelé. On fait beaucoup d’erreurs et ça devient coûteux. Notre jeu de transition en souffre. »

On a souvent tendance à jeter le blâme sur les défenseurs lorsque le jeu de transition ou les sorties de zone sont inadéquats. Julien a tenu à rappeler que les attaquants avaient également leur part de blâme à prendre.

« Ça se passe aussi en zone centrale, et ce n’est pas mieux. Il faut que les attaquants soient disponibles. Oui, les défenseurs doivent parfois bouger la rondelle plus rapidement. Cependant, il y a d’autres fois où ils ont de la difficulté à trouver quelqu’un à qui la donner. »

Tout le monde en classe

Ce n’est pas la première fois que la pression est forte sur les arrières du Canadien. Voilà une réalité qui s’est répétée au cours des quatre premiers matchs de l’équipe.

« On ne prend pas les bonnes décisions. Ça finit par affecter le jeu défensif. Sur les buts qu’on a accordés ce soir [jeudi], les erreurs sont évidentes. »

Par conséquent, c’est à une longue séance vidéo que l’entraîneur-chef convoquera ses ouailles vendredi, en prévision de la visite des Blues de St. Louis, champions de la Coupe Stanley, samedi.

« Ce sera notre troisième match en quatre soirs. Physiquement, nous avons besoin d’une pause. Mais mentalement, il y a des ajustements à apporter. Parfois, vaut mieux faire du vidéo. C’est ce qu’on fera demain [vendredi]. »