/news/transports
Navigation

Projet de loi sur l’industrie du taxi: la CAQ s’entend avec l’opposition et évite le bâillon de justesse

Le ministre des Transports, François Bonnardel
Photo Simon Clark Le ministre des Transports, François Bonnardel

Coup d'oeil sur cet article

Des négociations de la dernière chance ont finalement permis au gouvernement de s’entendre avec les partis d’opposition afin d’éviter le recours au bâillon pour l’adoption du projet qui modernise l’industrie du taxi. 

Autrement, les députés de l’Assemblée nationale, qui s’apprêtent à profiter d’une semaine de relâche parlementaire, auraient été forcés de siéger jusqu’au petit matin. 

Un accord de principe est survenu à la suite d’une rencontre des leaders de chaque formation politique, en après-midi.

Expulsion

Le ministre des Transports, François Bonnardel, a ainsi pu récolter les consentements nécessaires pour amener son projet de loi à l’étape finale.

L’étude détaillée du projet de loi numéro 17 s’est terminée sur le coup de 13 h, en commission parlementaire. 

La salle était alors bondée de représentants de l’industrie du taxi. L’un d’eux, qui assistait aux travaux, a d’ailleurs dû être expulsé après avoir invectivé le ministre Bonnardel.

Le ministre des Transports, François Bonnardel
Photo Simon Clark

Après avoir poussé le gouvernement jusque dans ses derniers retranchements, Québec solidaire a notamment obtenu la publication du rapport du projet pilote d’Uber, entamé en 2016, et qui arrive à échéance lundi. Le document, daté de mai 2019, était toutefois lourdement caviardé.

Les partis d’opposition ont aussi convaincu le ministre d’inscrire, dans le texte législatif, une disposition qui obligera la table de concertation qui sera mise sur pied au cours des prochains mois à se pencher sur la question des agglomérations et des quotas.

Encourager l’électrification

Le ministre a également accepté de s’engager à encourager l’électrification de la flotte de voitures de taxi, Uber et autres d’ici 2050.

Après avoir été accusée de s’être prêtée, la veille, à un exercice d’obstruction parlementaire, la députée solidaire Ruba Ghazal s’est félicitée des quelques gains obtenus.

Le ministre des Transports, François Bonnardel
Photo Simon Clark

« On se retrouve aujourd’hui avec un projet qui est toujours mauvais, mais beaucoup moins pire », a-t-elle commenté.

« Les gains de Québec solidaire aujourd’hui sont théâtraux », a minimisé pour sa part le député libéral Gaétan Barrette, en s’appropriant une série d’améliorations apportées au projet de loi tout au long du processus ayant précédé sa mise aux voix.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.