/news/green
Navigation

Des mineurs se joignent à Extinction Rebellion

Ils ont simulé la mort devant les bureaux d’un candidat conservateur

GEN-EXTINCTION-REBELLION
Photo Agence QMI, Joël Lemay Les jeunes militants ont peint leur visage pour symboliser la souffrance liée au climat.

Coup d'oeil sur cet article

Des membres de l’aile jeunesse du groupe écolo Extinction Rebellion Québec ont manifesté vendredi devant les bureaux d’un candidat conservateur de Montréal pour dénoncer « l’inaction » du parti d’Andrew Scheer.

« Les conservateurs sont de loin les pires avec le Parti populaire et c’est pour ça qu’on est venus faire un die-in pacifique devant leurs bureaux aujourd’hui », a expliqué au Journal Léo Dumaresq-Bouchard, 16 ans, qui participait à la mobilisation.

Les jeunes manifestants ont aussi feint la mort devant les bureaux d’un candidat conservateur.
Photo Agence QMI, Joël Lemay
Les jeunes manifestants ont aussi feint la mort devant les bureaux d’un candidat conservateur.

Une cinquantaine de jeunes du secondaire ont feint la mort, devant les locaux du candidat Neil Drabkin, afin d’imager ce qui selon eux attend l’humanité si les gouvernements ne posent pas d’actions draconiennes pour limiter l’exploitation des énergies fossiles. 

« Aujourd’hui [vendredi], on dénonce l’inaction du Parti conservateur du Canada parce que [son] plan pour l’environnement est médiocre. On est tannés de se faire dire de belles paroles, de se faire dire que les adultes vont arranger ça », a pour sa part commenté Aïcha Ede, aussi âgée de 16 ans. 

Catastrophique

« Ils sont pour les pipelines et veulent renouveler Trans Mountain, ce qui est absolument catastrophique pour l’environnement », a renchéri Romaisaa El Abdi, 17 ans, membre de l’aile jeunesse du groupe. 

Selon Aïcha Ede, le fait que les jeunes se mobilisent montre leur indépendance.

« On prend nos propres décisions, nous, les jeunes. On veut vraiment prouver que ce n’est pas de l’enrôlement ou du lavage de cerveau », a-t-elle dit. 

Le groupe Extinction Rebellion, qui exige des gouvernements plus d’action dans la lutte pour le climat, a posé une série de gestes d’éclat cette semaine . Trois militants ont notamment gravi le pont Jacques-Cartier à Montréal , mardi, pour faire entendre leur voix.