/weekend
Navigation

Des nouvelles de Viet Thanh Nguyen

<b><i>Les réfugiés</i></b><br>
Viet Thanh Nguyen<br>
Aux Éditions Belfond, 216 pages
Photo courtoisie Les réfugiés
Viet Thanh Nguyen
Aux Éditions Belfond, 216 pages

Coup d'oeil sur cet article

Depuis deux ans, on n’avait pas entendu parler de Viet Thanh Nguyen. On a donc été très heureux de le retrouver avec ce recueil de nouvelles.

En 2016 et en 2017, l’écrivain américain d’origine vietnamienne Viet Thanh Nguyen a beaucoup fait parler de lui. En racontant autrement la guerre du Vietnam dans Le sympathisant, son tout premier roman, il a en effet remporté un nombre vraiment impressionnant de prix, dont le Pulitzer. Mais avant d’en arriver là, il s’était d’abord fait la main avec de courtes histoires, qui ont été publiées dans diverses revues. Et ce sont ces courtes histoires qu’on peut aujourd’hui découvrir dans ce petit recueil de nouvelles.

Tel que son titre le laisse entendre, les huit nouvelles qu’il renferme dressent le portrait d’hommes et de femmes qui ont fui le Vietnam pour se réfugier aux États-Unis. Un pays de cocagne qui leur réservera parfois bien des surprises.

Un autre monde

Au fil des pages, on fera par exemple la connaissance d’un jeune Vietnamien de 18 ans qui, une fois arrivé à San Francisco, apprendra que le sympathique Anglais censé l’héberger vit dans une maison mauve avec un autre homme. On verra également une mère de famille, propriétaire de l’épicerie New Saigon Market, refuser de se laisser intimider par une cliente qui collecte de l’argent pour lutter contre les communistes et faire renaître la république du Sud. Quant à Femmes aux yeux noirs, la première nouvelle, elle nous plonge dans le quotidien d’une écrivaine dont le nom ne figure jamais sur la couverture des livres parce qu’elle gagne sa vie en rédigeant les mémoires de celles et ceux qui, comme elle, ont survécu à de terribles événements.

Des histoires qui font réfléchir et qui, oui, ont régulièrement réussi à nous ébranler.

Frissons garantis

Atmore Alabama

<b><i>Atmore Alabama</i></b><br>
Alexandre Civico<br>
Aux Éditions Actes Sud, 160 pages
Photo courtoisie
Atmore Alabama
Alexandre Civico
Aux Éditions Actes Sud, 160 pages

 

Un ancien prof dans la quarantaine quitte Paris pour se rendre à Atmore, un bled de l’Alabama d’une petite dizaine de milles d’habitants. Reste à savoir ce qu’un Français peut bien vouloir aller y faire, car franchement, l’endroit n’a rien d’une sympathique destination vacances. Au contraire. En dehors du casino et de ses quelques bars, la ville n’a pas grand-chose à offrir. Ce qui vaut aussi pour les locaux, des rednecks aussi frustrés que racistes. Du moins à quelques exceptions près. Car peu après son arrivée, le Français de l’histoire commencera à s’intéresser à Eve, une jeune pute mexicaine carburant nuit et jour aux pilules en tous genres.

Un homme à la dérive

Dès le départ, on saisira que le narrateur a traversé quelque chose de très moche au cours des dernières années. Un truc tellement moche que peu importe ce qu’il fait, on peut pratiquement toucher la tristesse qui l’enveloppe. On saisira également assez vite que le dénouement ne sera pas joyeux-joyeux. D’abord parce que le narrateur demandera à Eve de lui procurer une arme, ensuite parce que ses pas finiront presque toujours par le mener à Holman, le centre pénitentiaire du coin.

Un roman qu’on a surtout apprécié pour l’atmosphère et le style, aussi noirs l’un que l’autre.

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE

Et c’est comme ça qu’on a décidé de tuer mon oncle

Rohan O’Grady, aux Éditions Monsieur Toussaint Louverture, 308 pages
Photo courtoisie
Rohan O’Grady, aux Éditions Monsieur Toussaint Louverture, 308 pages

 

Barnaby Gaunt, orphelin et jeune héritier d’une fortune colossale, doit passer l’été sur une île au large des côtes de la Colombie-Britannique. Ce qui aurait été plutôt chouette si son oncle n’avait pas décidé de l’éliminer pour mettre la main sur tout son argent. Avec l’aide d’une gamine du coin, Barnaby tentera ainsi de déjouer les plans de son oncle... en le tuant le premier ! Une captivante histoire qui s’adresse aussi bien aux ados qu’aux adultes.


Ça**

Stephen King, aux Éditions Le livre de poche, 
640 pages
Photo courtoisie
Stephen King, aux Éditions Le livre de poche, 640 pages

 

Une réédition en format de poche dont on ne peut s’empêcher de parler pour accompagner le film Ça : Chapitre 2. On retrouvera ainsi les membres du « Club des ratés » qui, à la toute fin du premier volet, s’étaient promis de revenir à Derry si le terrifiant Ça devait resurgir du néant. Vingt-sept ans plus tard, ils auront donc amplement de quoi renouveler leur stock de cauchemars !


Créatifs et complices

Tristan Demers, aux Éditions La Semaine, 
128 pages
Photo courtoisie
Tristan Demers, aux Éditions La Semaine, 128 pages

 

Avec ce livre, les fins de semaine de pluie ou les journées pédagos seront désormais toujours bien occupées ! Les 52 activités proposées, qui s’adressent aux enfants de 8 à 12 ans, permettent en effet de fabriquer savonnettes gluantes ou slime, de jouer à toutes sortes de nouveaux jeux ou de bricoler un paquet de trucs amusants. Bref, il deviendra très vite le meilleur allié des parents !


En quête d’évasion

Victoria Ward, aux Éditions Hurtubise, 416 pages
Photo courtoisie
Victoria Ward, aux Éditions Hurtubise, 416 pages

 

L’outil idéal si on a envie de découvrir 1000 façons de décrocher... dans des cadres enchanteurs. Il ne nous reste qu’à choisir lesquels. Le jardin des mille bouddhas au Montana ? Les dunes de sable blanc du Parc national des Lençois Maranhenses ? La plage cachée des îles Marietas ? La plus vieille bibliothèque publique d’Irlande ? Les villages du lac de Côme ? Un studio de yoga aérien à Bali ? Mmm, pas facile !