/opinion/columnists
Navigation

Tomber des nues

Coup d'oeil sur cet article

J’ai passé les derniers jours à me sentir vaguement irrité. Je n’en reviens pas de voir tous les analystes politiques patentés qui tombent des nues devant la montée du Bloc québécois.

Ça fait depuis les troubles avec Martine Ouellet que je dis et que j’écris que le Bloc a pourtant un boulevard ouvert devant lui, pour autant qu’il se donne un chef qui a du bon sens. Pendant ce temps, tout le « commentariat » du Québec a annoncé la mort du parti.

Les chroniqueurs adorent annoncer la mort d’un parti. C’est d’adon, parce qu’on peut le faire plusieurs fois, sans que jamais personne ne s’en souvienne.

Possible, sinon probable

En avril dernier, j’étais invité par un groupe de jeunes à participer à un panel d’observateurs de la politique pour offrir nos perspectives. Quand j’ai dit qu’un retour du Bloc aux élections fédérales était possible, sinon probable devant l’impopularité des autres options et parce que son nouveau chef travaillait bien, je me suis fait planter par deux autres invités.

Ces journalistes beaucoup plus chevronnés que moi m’ont expliqué que s’il avait suffi au Bloc de ne pas être les conservateurs et les libéraux pour gagner, il n’aurait pas connu ce mauvais sort en 2011 et en 2015. J’ai répondu que le Bloc était pourtant le seul parti de l’histoire, que ce soit au niveau provincial ou fédéral, à remporter cinq majorités de suite au Québec. On m’a répondu que ça n’arriverait plus, parce que l’appétit n’était pas à la souveraineté. Personne n’avait prévu qu’Yves-François Blanchet ferait plutôt campagne sur la queue du veston de François Legault.

Stratèges planqués

Aujourd’hui, je vois les mêmes qui m’ont planté reprendre ce qui était grosso modo mon analyse du printemps dernier pour expliquer la montée du Bloc.

C’est bien pour dire. Certains devraient se décoller un peu des spins des stratèges politiques planqués à Ottawa, Montréal ou Toronto et s’intéresser un peu plus à ce qui se passe sur le terrain.