/finance/business
Navigation

Un nouveau resto à saveur écolo ouvre ses portes à Québec

Le Colibri veut sensibiliser ses clients à la cause environnementaliste

Un nouveau resto à saveur écolo ouvre ses portes à Québec
Photo Jérémy Bernier

Coup d'oeil sur cet article

Le Colibri, qui ouvrira officiellement ses portes mardi à Cap-Rouge, prétend offrir un tout nouveau concept de restauration rapide, mélangeant à la fois la santé personnelle et celle de la planète.  

Peinture organique, luminaires faits à la main par des artisans locaux, verre recyclé, fournisseurs majoritairement provinciaux, sinon canadiens, les propriétaires du Colibri ont voulu diminuer le plus possible l’empreinte écologique de leur commerce.  

«Tout au long de la conception de notre local, on s’est mis des bâtons dans les roues pour atteindre notre objectif écologique», a expliqué l’un des copropriétaires de l’établissement, Thomas Casault, qui possède également les restaurants Sushibox et Hono Izakaya.  

Un nouveau resto à saveur écolo ouvre ses portes à Québec
Photo Jérémy Bernier

 «Le but de ce concept n’est pas simplement de suivre la vague environnementaliste, a ajouté son partenaire Kevin Landry. On veut aussi que les clients nous accompagnent dans l’apprentissage de cette cause-là.»  

Les deux hommes, accompagnés du troisième copropriétaire du commerce, Patrick Landry, ont également créé une web-série de douze épisodes pour promouvoir les producteurs d’ici. Les capsules permettront aux futurs clients de découvrir d’où proviennent les produits qu’ils retrouveront dans leur assiette.  

Une nutritionniste en renfort  

Dans l’optique d’offrir des repas sains, M. Casault et ses partenaires ont fait appel à Annie Ferland, une nutritionniste qui les a accompagnés dans tout le processus de conception du menu. Ce dernier devait respecter les critères de proximité, de coût abordable et de goût, tout en utilisant des aliments peu ou pas transformés.  

«On servira principalement des salades, des plats énergisants et des déjeuners-collations», a indiqué M. Casault, précisant que la base de grains du «plat énergisant» est ce qui le distingue de la salade.  

Possibilité d’expansion  

Confiants en leurs succès futurs, les trois restaurateurs espèrent bien étendre le restaurant Colibri à travers la région de Québec pour en faire une chaîne, dès l’an prochain.  

«Si le tout répond bien aux différents scénarios financiers qu’on s’est fixés, on multiplie», a assuré Thomas Casault.