/news/green
Navigation

Une tempête comme la crise du verglas

Des Manitobains seront 14 jours sans électricité

Evanie Palardy devant sa maison de Gypsumville, au nord de Winnipeg, au Manitoba.
Photo courtoisie, Evanie Palardy Evanie Palardy devant sa maison de Gypsumville, au nord de Winnipeg, au Manitoba.

Coup d'oeil sur cet article

Une Québécoise qui habite au nord de Winnipeg devra sans doute passer la prochaine semaine sans électricité à cause d’une tempête hivernale, une situation qui lui rappelle la crise du verglas de 1998 au Québec.

« Voir des fils, des arbres, des poteaux tomber. Voir les génératrices marcher partout. Essayer de faire à manger avec de l’équipement de camping. Tous les gens qui s’entraident. Ça me fait vraiment penser à la crise du verglas », a dit au Journal Evanie Palardy, originaire de Saint-Damase­­­, en Montérégie, qui habite le Manitoba depuis quatre ans et demi.

À l’époque de la crise du verglas, sa famille avait été sans électricité pendant environ un mois. Elle avait dormi à quelques reprises chez des proches alors que le poêle à bois du sous-sol lui avait permis de survivre le reste du temps.

« Aujourd’hui, je le vois d’une autre façon, parce que j’étais enfant à l’époque. À 33 ans, on ne le voit pas pareil. C’est plus inquiétant quand on est adulte », a ajouté la résidente de Gypsumville, au nord de Winnipeg.

Un des poteaux électriques qui a plié l’échine lors de la tempête.
Photo courtoisie, Evanie Palardy
Un des poteaux électriques qui a plié l’échine lors de la tempête.

Depuis vendredi, jusqu’à 70 cm de neige sont tombés dans certaines régions de la province, sans compter la pluie verglaçante observée par endroits. Selon Mme Palardy, sa localité est « une des plus durement touchées par la tempête ».

Le premier ministre manitobain Brian Pallister et le maire de Winnipeg Brian Bowman ont d’ailleurs déclaré l’état d’urgence, dimanche, ce qui permet aux gouvernements d’avoir accès à plus de ressources pour affronter la crise.

Entraide

« Ici, ça va quand même bien. On est dans un petit village. Les gens s’entraident beaucoup. On va chez l’un et chez l’autre pour bien se réchauffer, chez ceux qui ont des génératrices », a expliqué Mme Palardy, qui reste optimiste malgré quelques inquiétudes.

« Par contre, on entend dire qu’il faudra sans doute patienter encore une semaine avant d’avoir du courant », ajoute celle qui est sans électricité depuis vendredi soir.

Lundi, près de 20 000 clients de Manitoba Hydro étaient toujours privés d’électricité et plus de 1500 pannes étaient répertoriées. Des centaines de poteaux transportant l’électricité ont été endommagés par la neige « très très lourde et mouillée ». Rétablir le courant pourrait prendre encore 10 jours par endroits.