/news/elections
Navigation

Lehouillier presse les libéraux de s’engager sur le troisième lien

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, ici entouré de Pierre Lefrançois, maire de L’Ange-Gardien, de Clément Fillion, préfet de la MRC de Bellechasse, et de Marie-Josée Morency, directrice générale de la Chambre de commerce de Lévis, a lancé un avertissement destiné particulièrement aux candidats libéraux de la région.
Photo Stevens LeBlanc Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, ici entouré de Pierre Lefrançois, maire de L’Ange-Gardien, de Clément Fillion, préfet de la MRC de Bellechasse, et de Marie-Josée Morency, directrice générale de la Chambre de commerce de Lévis, a lancé un avertissement destiné particulièrement aux candidats libéraux de la région.

Coup d'oeil sur cet article

Gilles Lehouillier a pressé tous les candidats aux élections du 21 octobre de s’engager à accorder un financement fédéral au futur troisième lien. Le maire de Lévis a admis que cet « avertissement » s’adresse surtout aux libéraux.

« Il y a deux partis politiques dont l’engagement est assez ferme : les conservateurs et le Bloc [...] Du côté des libéraux, il serait peut-être temps qu’ils reconnaissent les priorités que le gouvernement du Québec veut mettre de l’avant », a lâché M. Lehouillier, mardi, en point de presse à l’hôtel de ville de Lévis.

Il était accompagné à cette occasion d’élus des régions de la Chaudière-Appalaches et de la Côte-de-Beaupré.

Le maire de Lévis a de nouveau déploré « le flou artistique » des libéraux fédéraux.

« C’est un peu fatigant » d’entendre dire de la bouche du premier ministre Justin Trudeau que le projet de troisième lien « n’existe pas », a-t-il admis.

D’après lui, « le gouvernement du Québec a pris l’engagement ferme de réaliser le tunnel Québec-Lévis.

En s’engageant à financer le projet, les partis politiques fédéraux saisiront une chance unique de démontrer leur respect des priorités québécoises en matière d’infrastructures ».

Réactions politiques

Appelé à réagir, le député libéral sortant Jean-Yves Duclos a dit « attendre les études qui vont être produites » avant de se prononcer sur le troisième lien.

« C’est une question de responsabilité, a-t-il insisté. Ça implique de regarder des faits et des chiffres. »

Plus tôt en matinée, Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois, a également indiqué vouloir attendre les conclusions du BAPE avant de se prononcer.

Ce dernier a assuré qu’il n’y avait pas de contradiction entre la position officielle de son parti et « la position personnelle » de Christiane Gagnon, candidate bloquiste à Québec, qui a récemment affirmé son opposition au troisième lien.

Chez les conservateurs, le chef Andrew Scheer a réitéré son engagement de contribuer financièrement au projet.

« C’est seulement le Parti conservateur, c’est seulement moi, comme premier ministre, qui peut réaliser le troisième lien. Tous les autres partis sont contre le troisième lien », a-t-il fait remarquer.

Contre le troisième lien

Le Parti vert et le NPD se sont déjà prononcés contre un troisième lien. Une position « qui a le mérite d’être claire », a convenu le maire Lehouillier.

— Avec la collaboration de Jean-Luc Lavallée