/sports/fighting
Navigation

Une kyrielle de partenaires d’entraînement

Artur Beterbiev
Photo Ben Pelosse Artur Beterbiev

Coup d'oeil sur cet article

Marc Ramsay n’a rien laissé au hasard pour le combat le plus important de la carrière d’Artur Beterbiev. L’entraîneur s’est encore arrangé pour repousser les limites de son boxeur, mais surtout pour ne pas avoir de surprises lors de la soirée de vendredi.

Pendant le camp d’entraînement, Ramsay a fait venir un total de six partenaires pour imiter le style d’Oleksandr Gvozdyk. Un record pour un camp d’un de ses boxeurs.

« Je me suis assuré qu’Artur aurait toujours un boxeur frais et dispo devant lui, a-t-il expliqué. On effectuait des rotations tous les deux rounds.

On a fait cela parce qu’on a remarqué que nos partenaires étaient moins efficaces après une semaine dans le ring avec Artur. Ils n’étaient plus les mêmes. Ils n’attaquaient plus et se repliaient en défensive.

De cette façon, on a rendu la vie plus difficile à Artur. »

Ce type de camp, même s’il est tenu à Montréal, coûte plusieurs dizaines de milliers de dollars.

« Comme Jean Pascal, Artur n’a jamais eu peur d’investir en lui, a ajouté Ramsay. On fait ce qu’on a à faire et il paye la facture. On ne dépense pas pour rien. Tout est fait dans un objectif d’efficacité. »

Une escapade à Elbrouz

Durant la dernière saison estivale, Beterbiev est retourné en Russie. Il a pris du bon temps avec sa famille, mais il en a aussi profité pour retourner à ses racines.

Le champion du monde est allé faire un séjour de deux semaines au centre de l’équipe nationale de boxe de la Russie, qui est situé dans la montagne d’Elbrouz. Il en a profité pour s’entraîner en altitude.

« J’ai toujours aimé aller là-bas lorsque j’étais chez les amateurs, a souligné Beterbiev. C’est la première fois que j’y allais depuis que je suis chez les professionnels.

C’était une façon pour moi de revenir là où tout a commencé. Ce fut une belle expérience. »