/news/transports
Navigation

Une lampe pour sauver les signaleurs routiers

Le dispositif s’adresse aussi aux intervenants d’urgence

lampe contrôleurs
Photo courtoisie Flexlite Un signaleur routier porte une lampe de poitrine sur harnais qui émet une lumière clignotante à l’avant et à l’arrière.

Coup d'oeil sur cet article

RIVIÈRE-DU-LOUP  |  Une lampe de poitrine destinée aux signaleurs routiers pour les rendre plus visibles pourrait permettre d’éviter des accidents graves aux abords des chantiers routiers comme ceux des dernières semaines. 

« C’est sûr que c’est une bonne solution. Des lumières, ça aide toujours un petit peu plus », affirme Jean-François Dionne, président de l’Association des travailleurs en signalisation routière du Québec. 

Les ingénieurs de Flexlite, une entreprise basée au Témiscouata dans le Bas-Saint-Laurent, ont conçu une lampe de poitrine sur harnais qui émet une lumière clignotante orange, qui permet de voir au loin la présence d’un travailleur. 

lampe contrôleurs
Photo courtoisie Flexlite

L’Association des travailleurs en signalisation routière du Québec a d’ailleurs accepté de faire l’essai du nouveau dispositif. À première vue, il s’agit pour eux d’une bonne solution pour aider à assurer leur sécurité.

Beaucoup de victimes

Récemment, un arpenteur est décédé dans la région de Saguenay, un signaleur routier a été gravement blessé en Gaspésie et un chef d’équipe blessé en Montérégie. 

Selon l’Association, le nombre de signaleurs blessés dans des accidents a bondi de 60 % entre 2016 et 2018, passant de 47 à 76 victimes annuellement.

« Quand on conduit, le cerveau a tellement d’informations à assimiler que toutes les informations statiques, les personnes qui ne bougent pas, les pancartes, ça devient secondaire dans le traitement de l’information. Si le travailleur est équipé d’une lumière qui flashe, ça va venir donner un signal au cerveau pour attirer son attention », estime Luc Martin, directeur des opérations chez Flexlite, une entreprise qui développe des solutions dans des secteurs où la vie de personnes est en danger.

La lumière n’éblouit pas les automobilistes. « C’est une lumière grand-angle, c’est qu’au lieu que toute sa puissance lumineuse soit concentrée dans un point, elle est diffuse », a précisé M. Martin. 

Pas que pour les signaleurs

Le produit, dont la mise en marché débute tout juste, se détaillera entre 200 $ et 300 $. Les piles de la lampe sont rechargeables et auront une autonomie minimale de 25 à 30 heures. L’entreprise vise d’abord le gouvernement et les entreprises comme principaux acheteurs. 

Le dispositif s’adresse aux signaleurs, mais aussi aux intervenants d’urgence, brigadiers scolaires, remorqueurs, etc. Une version a également été conçue pour les services de police, dont les DEL clignotantes sont bleues et rouges.