/sports/hockey/canadiens
Navigation

Drouin défend Kotkaniemi

Jesperi Kotkaniemi a reconnu avoir connu un mauvais match mardi.
Photo Ben Pelosse Jesperi Kotkaniemi a reconnu avoir connu un mauvais match mardi.

Coup d'oeil sur cet article

Jesperi Kotkaniemi a retrouvé sa place au centre de Jonathan Drouin et de Joel Armia à la veille de la confrontation contre le Wild du Minnesota.

Claude Julien a ainsi offert un vote de confiance envers son jeune attaquant de 19 ans, lors de l’entraînement de mercredi.

Insatisfait de son rendement contre le Lightning de Tampa Bay, Julien l’avait placé à l’aile gauche du quatrième trio avec Nate Thompson et Jordan Weal. Mais il ne gardera visiblement pas ce rôle.

« C’était une soirée que je dois oublier rapidement, a noté Kotkaniemi. Ce n’était pas un bon match. Honnêtement, ça ne me dérange pas de jouer avec n’importe qui. Je peux être à l’aile du quatrième trio ou au centre du troisième trio. Je veux juste jouer ici. »

Kotkaniemi a utilisé la cassette en parlant de sa récente utilisation. Le Finlandais n’avait tout simplement pas le goût de s’aventurer sur ce terrain, préférant y aller d’une réponse classique.

Même trio

En six matchs cette saison, Kotkaniemi a marqué deux buts. Avant la rencontre contre la bande à Steven Stamkos, il avait connu de bonnes sorties au centre de Jonathan Drouin et de Joel Armia. Julien avait même dit de cette unité qu’elle était la plus constante.

« KK connaît un bon début de saison, a affirmé Drouin. Ce n’est pas quelques mauvaises présences qui lui feront arriver à l’aréna avec la tête basse. Il faut mettre ça de côté. J’étais content d’arriver ici ce matin [mercredi], et de voir que nous étions encore les trois ensemble. Ça va bien, la communication passe. C’est à nous de continuer sur notre lancée du début de la saison. »

Retour de Fleury

À la ligne bleue, Cale Fleury devrait renouer avec l’action pour la première fois depuis le deuxième match de la saison contre les Maple Leafs à Toronto. Devant les journalistes, le jeune défenseur de 20 ans s’est échappé.

« Claude m’a parlé. Il m’a dit que j’étais pour être de la formation. »

Même si Fleury a regardé les quatre derniers matchs de la passerelle de presse, il n’a pas le sentiment de perdre son temps à Montréal.

« Je pense que d’être simplement sur la glace tous les jours avec les meilleurs joueurs de la planète, des gars de la LNH, aide mon développement, a-t-il dit. Surtout qu’au sein de cette équipe, il y a de très bons défenseurs de qui je peux m’inspirer. »

Julien n’a pas dit qui sautera son tour advenant le retour de Fleury. Christian Folin est probablement le choix le plus facile.