/news/elections
Navigation

Fédérales 2019: «ni inquiétude ni panique», jure Jean-Yves Duclos

Duclos Joly
Photo Simon Clark

Coup d'oeil sur cet article

Même si le premier ministre Justin Trudeau a publiquement évoqué la possibilité qu’un gouvernement conservateur soit élu lundi soir, il ne faut pas y voir un signe de panique chez les libéraux, a assuré Jean-Yves Duclos.

«Ni inquiétude ni panique. M. Trudeau, quand il a parlé de ça, dresse un constat. Le 21 octobre, on va avoir un choix. Il y a deux gouvernements possibles : un gouvernement libéral ou un gouvernement conservateur», a indiqué le ministre et député libéral sortant de Québec, mardi après-midi, en entrevue avec Le Journal.

Plus tôt en matinée, à partir de Montréal, M. Trudeau a sonné l’alarme en évoquant pour la première fois la possibilité d’une victoire conservatrice.

«On pourrait se réveiller mardi prochain avec un gouvernement mené par Andrew Scheer, a-t-il admis. Et la seule façon d’éviter que ça arrive, c’est de voter pour le Parti libéral, c’est de faire élire notre grande équipe de Québécois venus de toutes les régions qui partagent vos valeurs, vos priorités, et qui comprennent vos enjeux.»

De son côté, Jean-Yves Duclos a appelé les Québécois à accorder «une présence forte» aux libéraux à Ottawa. Il a ajouté que le Bloc québécois, qui monte dans les sondages, «est là pour s’opposer. Ce n’est pas en posant quelques questions, par mois, à la Chambre des communes qu’on fait avancer les choses».

D’autre part, les libéraux fédéraux organisent un grand rassemblement jeudi soir à Montréal, en présence du premier ministre Trudeau. Deux autobus de militants libéraux partiront de Québec jeudi après-midi pour y assister.