/finance/business
Navigation

Le retard du Phare pourrait profiter à d’autres projets

le phare
Photo courtoisie, Le Groupe Dallaire

Coup d'oeil sur cet article

Le Phare étant retardé, plusieurs promoteurs pourraient en profiter pour accélérer leurs projets sur le boulevard Laurier, estime un expert de l’immobilier. Cominar projette, entre autres, un développement qui pourrait atteindre jusqu’à 28 étages.

«Nous avons beaucoup d’intérêt de potentiels locataires pour ce site à proximité du Phare. C’est un terrain qui pourrait accueillir un immeuble de la superficie du Complexe Jules-Dallaire en termes de droit aérien», indique au Journal Caroline Lacroix, vice-présidente aux communications au Fonds de placement immobilier Cominar.

Ce dernier, qui cherche depuis des mois à optimiser ses actifs, est propriétaire du 3000, boulevard Laurier, depuis 2016. La direction avait déboursé 14,6 millions $ pour acheter le terrain à l'assureur SSQ. Ce site a déjà hébergé le restaurant le Bâton Rouge.

Initialement, SSQ souhaitait y construire un projet mixte de deux tours, dont un édifice qui devait atteindre 25 étages. Impossible pour le moment d’obtenir les plans de Cominar concernant le nombre de bâtiments qui pourrait sortir de terre. La direction mentionne être en «réflexion» et en «discussion» avec la municipalité pour ce projet.

Comme autres chantiers à proximité du Phare qui pourraient voir rapidement le jour, le promoteur Immostar a déboursé près de 16 millions $ à l’automne 2018 pour faire l’acquisition de 16 lots entre le CHUL et la résidence du Groupe Maurice Ékla. La réglementation en vigueur permet la construction d’immeubles de huit étages.

Selon nos informations, un développement multirésidentiel «de plusieurs millions de dollars» devrait être présenté à la population cet automne.

Par ailleurs, le groupe immobilier ACERO prévoit construire un immeuble de sept à neuf étages sur le boulevard Laurier, à un jet de pierre de l’hôtel Alt Québec. La facture du projet pour des locaux à bureaux et commerciaux devrait avoisiner les 30 millions $.

Groupe Dallaire analysera d’autres possibilités

En attendant de pouvoir démarrer la construction du complexe Le Phare, car la Ville souhaite revoir les plans du pôle d’échanges du tramway, Groupe Dallaire ne ferme pas la porte à la possibilité d’entamer ses autres développements sur le boulevard Laurier.

En 2014, l’entreprise envisageait la construction de deux tours de 19 étages sur les terrains abritant anciennement l'Ozone Hôtel Bar et le restaurant Batifol. Un projet de 160 millions $.

«Cela va faire partie de notre réflexion. Est-ce qu’on pourrait accélérer notre autre projet résidentiel sur Laurier? Cela se pourrait très bien», répond le président et chef de la direction du Groupe Dallaire, Michel Dallaire, qui ne voit pas d’un mauvais oeil les nombreux développements à venir dans ce secteur de la ville.

«C’est une bonne chose pour tout le monde. C’est le pôle d’affaires moderne de Québec. C’est certain qu’il va avoir un boum, notamment pour le secteur résidentiel», ajoute-t-il.

Selon la firme DeRico Experts-Conseils, il ne serait pas surprenant que des promoteurs immobiliers profitent des délais entourant Le Phare pour devancer des chantiers à Sainte-Foy, mais aussi dans toute la région de Québec.

«Si un joueur majeur prévoyait déménager à Sainte-Foy en 2023, il n’attendra pas deux ans de plus. Il va chercher un autre endroit et cela devient intéressant pour les autres promoteurs. Cela ne serait pas surprenant de voir d’autres projets, car Le Phare freinait assurément certains promoteurs», estime l’évaluateur agréé Martin De Rico.