/news/transports
Navigation

Nouvelle étape vers la conception du futur pont de l'île d’Orléans

Transports Québec lance un appel d’offres en deux étapes

Le futur pont de l’île d’Orléans accueillera deux voies de circulation, en plus d’une piste multifonctionnelle destinée aux déplacements actifs. La structure sera construite à 120 mètres à l’ouest de celle en place (photo), sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent.
Photo Jean-François Desgagnés Le futur pont de l’île d’Orléans accueillera deux voies de circulation, en plus d’une piste multifonctionnelle destinée aux déplacements actifs. La structure sera construite à 120 mètres à l’ouest de celle en place (photo), sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent.

Coup d'oeil sur cet article

Le ministère des Transports du Québec vient de franchir une étape importante dans la conception du nouveau pont à haubans de l’île d’Orléans, qui sera construit légèrement à l’ouest de l’actuel.

Transports Québec a diffusé jeudi après-midi un appel d’offres visant à réaliser les études d’avant-projet du futur pont de l’île d’Orléans, qui devrait voir le jour d’ici 2027. «C’est une étape qui est majeure», se réjouit Guillaume Paradis, porte-parole pour le MTQ.

Déjà, on sait que cet «ouvrage d’art» accueillera une voie élargie dans chacune des directions, des accotements, en plus d’une section consacrée aux cyclistes et aux piétons.

Le pont sera construit à 120 mètres à l’ouest de la structure en place, sur la rive nord du fleuve Saint-Laurent, donc plus près de Québec.

La structure se connectera à l’île d’Orléans au même endroit. «Les gens de l’île tenaient à ça, que l’entrée du pont de l’île demeure dans le même secteur. C’est établi de longue date et c’est maintenu», commente M. Paradis.

Trois projets, deux étapes

Exceptionnellement, le Ministère entend procéder en deux étapes pour cet appel d’offres. Il sélectionnera tout d’abord non pas un, mais bien trois soumissionnaires à l’étape de l’avant-projet préliminaire. Ces trois firmes seront invitées, dans un deuxième temps, à soumettre une proposition, qui sera étudiée à l’été 2020 par un comité de sélection.

Ce groupe d’experts évaluera ensuite les différents projets en fonction de divers critères, dont l’intégration de la structure dans le paysage composé du fleuve Saint-Laurent, des chutes Montmorency et de l’île d’Orléans.

«En agissant comme ça, on est vraiment certain d’avoir un concept original. On aura un ouvrage exceptionnel», assure le MTQ.

Le meilleur des trois empochera une somme forfaitaire de 10 M$. Les deux autres firmes, dont les projets n’auront pas été retenus, auront un dédommagement de 750 000 $ chacune.

Un aperçu en 2021

La firme sélectionnée pourra passer à l’étape suivante, soit celle de l’avant-projet définitif, qui doit être complété pour juin 2021.

C’est à ce moment que le Ministère pourra avoir un aperçu de la structure finale du pont.

«On va avoir des simulations du pont dans son environnement, la forme des pylônes, du tablier, sa couleur, les choix de revêtement. On va avoir quelque chose qui va nous permettre d’être très avancés», résume M. Paradis.


L’actuel pont suspendu, construit en 1935, a subi cet été des travaux à la hauteur de 5,9 M$, qui doivent se terminer en novembre. Le MTQ ne pouvait s’avancer quant à son avenir, une fois la nouvelle structure en place.