/entertainment/shows
Navigation

Voyage au cœur des émotions

Les 7 doigts présentent «Passagers» au Diamant

Coup d'oeil sur cet article

Lorsqu’elle était petite, dans sa Californie natale, Shana Carroll aimait entendre le sifflement du train qui passait à une quinzaine de kilomètres de chez elle. Une sonorité qui a amené, 38 ans plus tard, la cofondatrice des Sept doigts à en faire un spectacle de cirque. 

Une œuvre intitulée Passagers, qui, un an après sa création, à la Tohu, à Montréal, sera présentée quatre fois, à partir de vendredi, au Diamant. 

«On n’entendait plus le bruit des voitures et des autobus, mais celui du train était une sorte d’appel. Je rêve à ce genre de spectacle depuis longtemps», a-t-elle lancé, lors d’un entretien téléphonique. 

Sa fascination pour ce moyen de transport s’est poursuivie, dans la vingtaine, lors de ces tournées en Europe, avec le Cirque du Soleil où elle était trapéziste. 

«J’adorais ce feeling d’être à la fenêtre, de voir la réflexion de mon visage et le paysage qui défile rapidement. Tu imagines les endroits où tu aimerais aller ou tu repenses, avec nostalgie, à ceux visités dans le passé», a-t-elle raconté. 

Passagers est un spectacle sur les trains, les voyages, les départs, les arrivées et tout ce qui peut se dérouler dans un train entouré d’inconnus. 

«C’est un peu une métaphore de la vie avec notre propre voyage. Un voyage qui se termine parfois trop rapidement et avant d’arriver à destination», a-t-elle indiqué. 

Shana Carroll avait envie de créer une œuvre à saveur cinématographique et de type film noir. Elle était attirée par cette esthétique. 

Au fil de la création, Passagers a gagné en substance et en profondeur. 

«Les départs, les au revoir, quitter les gens qu’on aime, l’espoir et la mélancolie, on touche à ces émotions. Il ne s’agit pas d’un spectacle avec un début et une fin. Ce sont des variations à partir d’un thème», a-t-elle fait remarquer. 

La création de Passagers a été marquée par le départ de l’artiste Raphael Cruz, proche collaborateur des Sept doigts, décédé en février 2018, à la suite de problèmes cardiaques. Une mortalité soudaine qui a teinté le spectacle Passagers

Raphael Cruz était un très bon ami de Shana Carroll, qui s’est retrouvée en plein deuil et envahi par une multitude d’émotions. 

«J’essayais de garder la tête claire à travers tout ça et de faire avancer la création d’un spectacle. C’était un gros défi», a-t-elle laissé tomber. 

L’aura de l’acrobate, clown et acteur plane à travers les différents tableaux de Passagers

«J’utilise sa musique à trois moments dans le spectacle et on retrouve des clins d’œil chorégraphiques. Je voulais en faire un hommage à un ami et aussi un spectacle qui soit universel», a-t-elle indiqué. 

Passagers mélange les formes avec les disciplines circassiennes, la danse et le jeu théâtral. 

On retrouve des numéros de hula-hoop, de cerceau aérien, de la jonglerie, de la contorsion, du cadre russe, de fil de fer, d’acrobaties au sol et de trapèze. 

«Avec les 7 Doigts, on aime beaucoup mélanger les formes», a-t-elle fait savoir. 

Pour Shana Carroll, le défi de renouveler les arts du cirque n’est pas une mission si difficile. 

«Ce qui est le plus difficile, c’est de ne pas évoluer. C’est très naturel de vouloir innover, d’amener ça ailleurs et repousser les limites. Ça fait partie de la quête d’un artiste. Le plus difficile, c’est d’ouvrir l’esprit du public versus leur perception des arts du cirque», a-t-elle fait remarquer, alors que Passagers était de passage à Sherbrooke. 

  • Passagers est présenté vendredi (20h), samedi (14h et 20h) et dimanche (14h) au Diamant.