/misc
Navigation

Chocs ethniques dans Saint-Léonard–Saint-Michel

Coup d'oeil sur cet article

 Ça brasse dans Saint-Léonard–Saint-Michel (SLSM) en cette fin de campagne. 

 Et pas à cause de la remontée du Bloc, qui n’y compte pour à peu près rien. 

 Mercredi soir, un débat électoral a dérapé. «La situation est devenue volatile et “malaisante” par le fait que le candidat indépendant Hassan Guillet s’est vu refuser d’y participer», se désolait jeudi le candidat conservateur Ilario Maiolo, sur sa page Facebook. 

• À lire aussi: Expulsé du Parti libéral et tassé d'un débat: Hassan Guillet crie à l'injustice

 M. Guillet s’est tout de même pointé à la salle de Vivre Saint-Michel en santé, où le débat se tenait. Dans un geste de défiance, il a salué l’auditoire. Plusieurs de ses partisans ont alors protesté contre son exclusion, criant à la violation de principes démocratiques. Un chaos a suivi. (La vidéo est accessible ici.) 

 Tassé du PLC 

 Ancien imam, Guillet avait remporté l’investiture libérale en mai. Mais en début de campagne, le PLC l’a expulsé en se basant sur une dénonciation de l’organisme juif B’nai B’rith, qui décelait de l’antisémitisme dans certaines déclarations passées de M. Guillet. 

 Ce dernier a protesté et soutient au contraire lutter contre l’antisémitisme et l’islamophobie. Il s’est rebiffé et a décidé de se présenter comme indépendant. 

 Mais depuis, selon ce qu’il a affirmé à QUB radio hier, la machine libérale a tout fait pour l’exclure des débats. Des journaux maghrébins qui en organisaient ont, a-t-il soutenu en ondes, fait l’objet de pressions sous la forme suivante : pas de publicité pour vous si vous invitez Guillet au débat. «C’est totalement faux», a toutefois répliqué un porte-parole du PLC, jeudi. 

 SLSM change : les Maghrébins, Haïtiens et Hispaniques transforment la composition du comté. En choisissant Guillet, certains stratèges libéraux comptaient d’ailleurs capter les votes des quelque 19 000 électeurs musulmans. 

 L’«arabe» 

 Mais des libéraux italiens ne l’ont vraiment pas pris, selon plusieurs échos. 

 Dans un reportage à Radio-Canada (6 octobre), on entend d’ailleurs un libéral de SLSM dire : «On veut pas un candidat arabe [dans SLSM], ç’a toujours été un candidat libéral, mais italien. Même québécois, ça n’aurait pas dérangé.» Une dame ajoute : «Un Arabe comme ministre, un député, c’est pas sa place.» Pour un parti qui ne cesse de chanter les louanges du multiculturalisme, c’est étonnant. Ou alors, ce choc interethnique est-il précisément le résultat du multiculturalisme? La candidate libérale Patricia Lattanzio n’a jamais vraiment croisé le fer avec M. Guillet. 

 Elle a refusé toutes nos demandes d’interview. Se limitant à un courriel, où elle soutient entre autres : «Depuis le début de la campagne, j’ai eu le plaisir de rencontrer les nombreux membres des communautés musulmanes». Son but? «Continuer [son] travail pour bâtir un Canada plus ouvert et plus inclusif, en commençant par rassembler les gens de toutes les communautés», écrit-elle dans une langue ligneuse à souhait.Pour Hassan Guillet, cependant, «si le Parti libéral choisit son candidat à cause de son origine ethnique, je trouve que c’est aberrant, c’est pas la démocratie à laquelle j’adhère». 

 L’ennui, c’est peut-être le clientélisme ethnique débridé dans cette circonscription, qui alimente précisément le contraire des belles paroles de Mme Lattanzio : l’exclusion et le repli communautaire.