/opinion/columnists
Navigation

L’annus horribilis de Justin Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

Quelle sera la fameuse « question de l’urne » ? À trois jours à peine du vote, plusieurs la cherchent encore. Elle crève pourtant les yeux depuis le déclenchement de la campagne : voulez-vous ou non donner à Justin Trudeau un deuxième mandat ?

Après tout, le chef libéral n’a que quatre ans derrière la cravate comme premier ministre. Dans un tel contexte, la réélection des libéraux aurait dû être une simple formalité. D’autant plus qu’il n’y a pas si longtemps, Justin Trudeau jouissait encore d’une immense popularité au pays et à l’international.

Sa lune de miel avec l’électorat canadien fut longue et intense. Élevé au rang de star mondiale médiatico-politique, le très photogénique Justin Trudeau trônait sur les couvertures des magazines étrangers les plus prestigieux. Le fils chéri de Pierre Elliott Trudeau semblait être invincible.

Dès février 2018, l’affaiblissement sourd de la « marque » Justin était néanmoins déjà palpable après son voyage désastreux en Inde. Il prenait tout à coup des airs de guignol trop friand de déguisements pour épater la galerie.

Doublé par le Bloc

2019 s’est toutefois avérée être son annus horribilis. L’affaire SNC-Lavalin avait beau sentir le faux scandale à plein nez, les accusations hystériques de corruption, d’hypocrisie et de faux féminisme lancées à Justin Trudeau par les conservateurs et plusieurs commentateurs anglo-canadiens de droite ont ajouté peu à peu d’autres égratignures à son téflon.

Sa gestion chaotique de l’affaire SNC-Lavalin sur plusieurs mois ébranla encore plus la « marque » Justin. Le jeune héritier de la dynastie Trudeau peinait trop à se défendre avec efficacité des attaques pernicieuses de ses adversaires conservateurs. On le voyait même de plus en plus isolé et hésitant.

Comme une malchance ne vient jamais seule, les libéraux de Justin Trudeau, à quelques jours du scrutin, se font même doubler par le Bloc québécois d’Yves-François Blanchet chez les Québécois francophones. Pour un Trudeau, c’est pire qu’une malchance, c’est une malédiction.

Vraie force

La réalité est que la véritable force de Justin Trudeau s’est effritée. Sa vraie force était d’incarner l’espoir. L’espoir qu’il serait possible de faire la politique d’une manière plus moderne, ouverte et « progressiste ». Et ce, dans un monde où la droite et l’extrême droite, y compris aux États-Unis, gagnent sans cesse du terrain. Justin Trudeau, c’était l’anti-Trump et l’anti-haine.

D’où l’intervention cette semaine de l’ex-président Barack Obama. Sur Twitter, il a offert son soutien à Justin Trudeau en louangeant son « leadership progressiste ». Certains y ont vu une ingérence étrangère. D’autres, la preuve d’un premier ministre en quête désespérée d’appuis prestigieux pour faire bouger l’aiguille en sa faveur.

Je suis plutôt d’avis que les mots de M. Obama ne sont pas gratuits. Sa sortie exprime surtout une profonde inquiétude. Celle de voir possiblement des conservateurs reprendre le pouvoir au Canada au moment même où la droite sévit ailleurs.

Finalement, et bien au-delà de la « marque » Justin, aussi amochée soit-elle, l’ultime « question de l’urne » est peut-être celle-là. Les Canadiens veulent-ils vraiment risquer de remplacer les libéraux par les conservateurs « purs et durs » d’Andrew Scheer ? La réponse viendra lundi soir.