/opinion/columnists
Navigation

Voter : un devoir ou une responsabilité?

Voter : un devoir ou une responsabilité?
Capture d'écran/Twitter/@MaddiYet

Coup d'oeil sur cet article

Vous souvenez-vous de la première fois où vous avez voté, pour vrai, dans un isoloir pour une vraie élection?  

À trois jours du scrutin fédéral, des fois je me dis que si on pouvait tous revivre en nous la fébrilité inhérente de notre tout premier vote, peut-être que les taux de participation aux élections seraient nettement plus élevés.  

Mon premier vote? C’était le 20 mai 1980 au premier référendum sur la souveraineté. Je m’en souviens comme si c’était hier. Après avoir fait mon «x» et avant de sortir de l’isoloir, j’ai vérifié plusieurs fois si j’avais bel et bien apposé mon «x» là où je voulais qu’il soit.  

Ce premier vote – il faut lire, pour un enjeu politique d’une importance exceptionnelle -, m’a fait néanmoins comprendre l’essentiel. Soit qu’en tant que citoyenne, voter n’est pas tant un devoir – il n’existe pas d’obligation de voter au Canada -, que d’une immense responsabilité dont on ne doit surtout pas se défiler.  

Cette responsabilité, nous nous devons de l’exercer. Pour soi-même, bien sûr, mais aussi pour la société dans laquelle nous vivons.  

Sur cette question, je suis intraitable. Voter est une responsabilité cruciale en démocratie. Quitte même à se déplacer pour annuler son vote – ce qui constitue aussi un message politique important.  

Mais très franchement, le message le plus puissant que j’ai vu à vie sur l’importance d’aller voter, c’est bien celui de Maddison Yetman, une jeune femme d’une force inouïe.  

Maddison est âgée à peine de 18 ans. L’élection fédérale marque donc la première fois où elle peut voter.  

Or, Maddison est également atteinte d’un cancer en phase terminale qu’on lui a diagnostiqué il y a quelques jours seulement.  

Qu’à cela ne tienne, de son lit d’hôpital, elle a posté une vidéo sur son fil twitter aussi bouleversante que vraie. Cette vidéo a fait le tour du pays à la vitesse de l’éclair.  

À l’aide d’affiches qu’elle défile, en résumé, ce que nous dit Maddison Yetman est un message coup-de-poing : si moi, je trouve le temps de voter, vous pouvez le faire vous aussi.  

Sa conclusion est à l’avenant : c’est quoi, votre excuse? Ouch. Pas d’excuse, en effet.  

Pour voir sa vidéo, c’est ici.