/opinion/columnists
Navigation

Fédérales 2019: à vous de jouer!

CANADA-VOTE-DEBATE
Photo d'archives, AFP

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | La campagne électorale fédérale tire à sa fin. Les chefs de partis y vont d’un dernier blitz, martelant leur message à une cadence effrénée d’un bout à l’autre du pays. Lundi,­­­ ce sera à vous de jouer, chers électeurs. En attendant, voici un court bilan des hauts et des bas de cette course dont l’issue est plus que jamais incertaine.

Des meneurs peu inspirants

L’histoire de cette campagne, c’est surtout l’incapacité des deux meneurs à inspirer confiance aux électeurs. Au début de la campagne, le libéral Justin Trudeau et le conservateur Andrew Scheer étaient au coude-à-coude. C’est toujours le cas, à la différence qu’ils ont tous les deux reculé dans les intentions de vote, au bénéfice de partis qui ne prendront pas le pouvoir : le NPD et le Bloc québécois. Justin Trudeau semble être incapable de rallier les progressistes derrière lui comme en 2015. C’est pourquoi, en cette fin de course, le chef libéral mise sur la peur d’un retour aux années Harper. Andrew Scheer, lui, demeure suspect aux yeux de nombreux électeurs. Il a mené la campagne la plus négative de tous, ce qui en rebute plusieurs. Il se dessine dans ce contexte un gouvernement minoritaire dont la couleur est impossible à prévoir.

La déception

Tous les espoirs étaient permis pour le Parti vert du Canada. Mais sa chef, Elizabeth May, a été incapable de tirer profit du grand mouvement écologiste mondial. Sa campagne n’a jamais réellement décollé. Soit, les verts risquent bien de gonfler leur représentation à la Chambre des communes grâce à une percée sur l’île de Vancouver. Mais Mme May n’a pas réussi à agrandir sa tente verte bien au-delà des convertis, de sorte que le NPD s’en est facilement distancié. Il s’agit probablement de son dernier tour de piste.

La surprise

Qui avait prévu la renaissance du Bloc québécois ? Certainement pas ses adversaires libéraux et conservateurs, qui ont grossièrement sous-estimé­­­ l’attrait du parti indépendantiste auprès d’un électorat indécis, volatil et déçu. Yves-François Blanchet a mené sa barque sur des eaux plutôt calmes jusqu’au premier débat, où il s’est révélé. Le Face-à-Face de TVA du 2 octobre marque le tournant de cette campagne peu inspirante. Les Québécois ont redécouvert le Bloc, sorte de valeur refuge en temps incertains. Libéraux et conservateurs rament depuis à contre-courant­­­ dans un Québec franco­phone qui vient d’élire à l’Assemblée nationale, en François Legault, un premier ministre vigoureusement nationaliste. M. Blanchet doit se pincer, en ce moment. Il ne doit pas oublier de remercier François Legault lundi soir prochain.

La surprise (bis)

On ne donnait pas cher de la peau du chef néo-démocrate au début de la campagne. Jagmeet Singh a connu des premiers mois très difficiles à la tête de son parti. Il n’était pas particulièrement à son affaire à ses débuts à Ottawa. Force est de constater que M. Singh a su redresser la barre en mettant son charisme au service de sa campagne. Contrairement à Elizabeth May, M. Singh a suivi son plan de match, qui consiste à marteler une idée simple (simpliste ?) : contrairement aux autres, je travaille pour vous, pas pour les plus riches. Le NPD de Jagmeet Singh a tout misé sur les jeunes urbains, s’écartant ainsi quelque peu de sa base syndicale et rurale.

Les bozos débarquent

On ne compte plus le nombre de candidats évincés ou qui ont dû s’excuser pour des propos racistes, sexistes ou xénophobes. Aucun parti n’a été épargné, même si les conservateurs et les bloquistes ont été particulièrement embêtés par les frasques passées d’aspirants députés. Est-ce la nouvelle norme ? Cela dit, la plus grosse gaffe en matière de comportement offensant revient à Justin Trudeau lui-même, dont il a été révélé qu’il fut à une époque pas si lointaine un adepte du blackface. S’il n’avait pas été chef de son parti, l’aspirant député de Papineau aurait été dégommé sur-le-champ. À l’ère des réseaux sociaux, le passé des candidats est plus que jamais scruté à la loupe par les journalistes et leurs adversaires politiques.