/news/currentevents
Navigation

Au moins 25 ans de prison pour le meurtre de son ex

Il a planifié sa mort après son incapacité de la voir avec un autre

Procès Maxime Labrecque
Photo Magalie Lapointe La famille de la victime, le beau-père Richard Tétreault, la sœur Mélanie Lavoie, la mère Lise Castonguay et la procureure Me Claudie Gilbert, à la sortie de la salle de cour, hier, quelques minutes après le verdict.

Coup d'oeil sur cet article

SAINT-HYACINTHE | Les proches d’une femme assassinée de près de 30 coups de couteau par son ex-conjoint ont accueilli avec émotion samedi le verdict de culpabilité de meurtre au premier degré.

La famille et les amis d’Isabelle Lavoie avaient du mal à retenir leurs larmes en écoutant le juge condamner à la prison à vie, soit 25 ans d’incarcération avant de pouvoir demander une libération conditionnelle, celui qui leur a arraché Isabelle Lavoie.

« De ne plus lui voir la face, c’est le meilleur résultat. Le deuil commence maintenant » a laissé tomber le père de la victime, Sylvain Lavoie.

Bien que Maxime Labrecque avait admis avoir assassiné son ex-conjointe, il niait avoir prémédité le meurtre.

« Ma fille va pouvoir partir en paix, et nous on va pouvoir avancer », a laissé tomber la mère d’Isabelle, Lise Castonguay.

Depuis le début des procédures il y a trois ans, jamais la famille de la victime n’a manqué une seule étape. Ses proches attendaient donc avec fébrilité le verdict, qui est tombé peu avant 17 h samedi, après quatre jours de délibérations.

Il a baissé la tête

La tension était palpable alors que le président du jury composé de cinq hommes et sept femmes s’est levé et a lancé : « Coupable de meurtre au premier degré ».

Debout dans le box vitré des accusés, vêtu d’un chandail gris sport, Labrecques a baissé la tête dès qu’il a entendu le mot : « coupable ».

Démoli, l’homme de 37 ans savait ce que ce verdict signifiait.

« C’est drôle hein, son sourire s’est effacé. Enfin ! » a réagi la sœur d’Isabelle, Mélanie Lavoie.

Rappelons que la mère de famille, âgée de 31 ans lors du meurtre, a été assassinée dans la nuit du 12 au 13 septembre 2016 dans son appartement de Saint-Hyacinthe.

Elle avait reçu des dizaines de coups de couteau de celui qu’elle avait aimé pendant 15 ans.

L’homme a d’ailleurs affirmé au Tribunal qu’il n’a jamais été capable de regarder les photos de la scène de crime lors du procès, tellement il y avait du sang dans la chambre à coucher d’Isabelle Lavoie.

La veille du meurtre, le concierge avait changé la serrure de la porte à la demande de la victime. Or, Labrecque a pénétré dans le logement en lançant un marteau à travers la fenêtre de la porte d’entrée.