/sports
Navigation

Beterbiev est une force de la nature

Beterbiev-Gvozdyk
Photo courtoisie, Top Rank Artur Beterbiev a imposé son rythme face à Oleksandr Gvozdyk vendredi soir à Philadelphie.

Coup d'oeil sur cet article

Artur Beterbiev est maintenant champion unifié. Il a battu Oleksandr Gvozdyk avec panache. De façon convaincante.

Le Québécois d’origine tchétchène a été rusé pour atteindre l’objectif qu’il s’était fixé à son arrivée à Montréal. Ce fut impressionnant à regarder à quelques pieds du ring.

Artur a été Artur. Il a utilisé la même recette que d’habitude pour réaliser son 15e knock-out en autant de combats en carrière.

Beterbiev a dû encaisser des coups pour s’approcher de Gvozdyk. Il l’a fait sans broncher. Comme Arnold Schwarzenegger dans le film Terminator. Cependant, le cogneur m’a confié que Gvozdyk avait une force de frappe très respectable et qu’il la respectait.

Durant le combat, il a mis une telle pression que son adversaire a fini par casser au 10e round. Gvozdyk a connu une baisse d’énergie marquée après le sixième assaut. Pendant ce temps, le nouveau champion unifié avait l’air frais comme une rose.

Beterbiev est-il humain ? Oui, il l’est. Par contre, le rythme qu’il a imposé à Gvozdyk était ahurissant. Celui d’une force de la nature. Peu de boxeurs sont capables de faire une telle chose.

Encore les juges

Je me suis posé plusieurs questions en voyant que deux des trois juges donnaient l’avantage à Gvozdyk. Je n’ai pas vu le même combat qu’eux alors que j’avais un pointage de 87-83 en faveur de Beterbiev après les neuf premiers rounds.

La seule hypothèse que je peux voir, c’est qu’ils ont donné des rounds à Gvozdyk en raison de son jab qui a touché la cible dans les premiers rounds. Par contre, Beterbiev a été l’agresseur du début à la fin comme on s’y attendait.

En gros, si Beterbiev n’avait pas ouvert la machine, il aurait pu encaisser une défaite par décision partagée même s’il avait eu l’avantage dans les échanges. Chapeau à Marc Ramsay, qui a encore une fois appuyé sur les bons boutons.

Comme Khabib ?

Ce combat d’unification a été vu par des millions de téléspectateurs aux États-Unis et au Canada. Les gens ont pu le voir gratuitement.

C’était l’objectif de Top Rank afin de faire connaître Beterbiev au plus grand nombre de personnes possible. Mission accomplie.

Les dirigeants du groupe de promotion, avec Bob Arum en tête, voient l’immense potentiel du boxeur, qui est maintenant parmi les meilleurs boxeurs « livre pour livre » au monde. Ils savent que c’est un homme de peu de mots. Par contre, lorsque la cloche sonne, il donne un excellent spectacle.

Ça me fait penser à un autre combattant originaire du Daghestan, Khabib Nurmagomedov. Le champion de l’UFC était un inconnu aux États-Unis avant qu’il ne devienne champion. En raison de ses performances dans l’octogone, sa popularité a grimpé en flèche et il est maintenant l’un des visages les plus reconnus de l’organisation de Dana White.

Est-ce que Top Rank sera en mesure de réaliser le même tour de force avec Beterbiev ? Rien n’est impossible avec un boxeur aussi talentueux.

Shapovalov est de retour

Beterbiev-Gvozdyk
Photo AFP

Denis Shapovalov a toujours été un athlète qui a du caractère. Après le tournoi de Wimbledon, il a pris une pause de quelques semaines. Il avait perdu ses repères et il était mélangé. Ce fut la bonne décision. L’Ontarien a retrouvé ses moyens depuis l’arrivée de Mikhail Youzhny au sein de son équipe. Hier, il l’a prouvé une fois de plus en remportant le tournoi de Stockholm, son premier titre de l’ATP en carrière, contre le Serbe Filip Krajinovic. C’est prometteur en prévision du tournoi « Next Generation », qui aura lieu en novembre. Il sera à surveiller.

La Série mondiale sera celle des lanceurs

Beterbiev-Gvozdyk
Photo AFP

Je prédis une Série mondiale très serrée entre les Astros de Houston et les Nationals de Washington. Je m’attends à des duels de lanceurs du début à la fin. Ça sera du bonbon. On assistera à du baseball excitant où les gérants devront être rusés dans leurs stratégies. Les Astros seront les grands favoris et c’est tout à fait normal avec leurs 107 victoires en saison régulière. Je crois qu’ils remporteront un deuxième titre en trois ans malgré un effort louable des Nationals. Ceux-ci n’ont simplement pas la profondeur de leurs adversaires.

La perte de Mahomes va changer la donne

Beterbiev-Gvozdyk
Photo AFP

Les Chiefs de Kansas City ont poussé un soupir de soulagement. Leur quart Patrick Mahomes reviendra au jeu avant la fin de la saison. C’est fou comment ça change vite dans le monde du sport. Au début de la saison, les Chiefs étaient les grands favoris pour remporter le Super Bowl. Maintenant, ce n’est plus sûr avec l’absence de Mahomes pendant plusieurs semaines. Les Chiefs devront trouver une façon de gagner des matchs avec Matt Moore aux commandes de l’attaque. Ce n’est pas gagné d’avance.

McGregor est dans le pétrin

Beterbiev-Gvozdyk
Photo AFP

Depuis sa défaite contre Khabib, Conor McGregor n’est plus le même homme. Il ne s’est pas battu depuis cette dure soirée de travail du 6 octobre 2018. Il a été plus actif dans l’arène judiciaire, où il a vu deux femmes porter des accusations d’agression sexuelle à son endroit. Il est temps qu’il retrouve le chemin du gymnase et ça presse. Il est en train de gâcher sa carrière. Un combat revanche contre Khabib ? Pourquoi pas ? L’Irlandais retrouverait sa motivation pour les arts martiaux mixtes de façon instantanée.