/sports/football/rougeetor
Navigation

Le tailgate le plus attendu de l’année

Des milliers de partisans festifs ont pris d’assaut le campus de l’Université Laval

Coup d'oeil sur cet article

  

Photo Didier Debusschère

Le rassemblement de Marc Fréchette (au grill) et ses amis est un véritable événement, meublé notamment d’un motorisé et de plusieurs barbecues.« Le motorisé sort seulement pour les tailgates », lance Gary Ross, l’un des organisateurs qui pouvaient compter sur la présence d’une cinquantaine de proches.  

Photo Didier Debusschère

Jean-Philippe Bonneau et son fils Édouard, de fidèles supporteurs du Rouge et Or, ont ajouté à leur vêtement de match un casque de fromage fraîchement ramené d’un voyage de football du paternel au domicile des Packers de Green Bay. « Jaune fromage, ça reste dans les couleurs de l’équipe! », blague Jean-Philippe.  

Photo Didier Debusschère

Dominic Bazin et son entourage sont des participants invétérés des avant-matchs festifs, comme peuvent le témoigner leurs accoutrements aux couleurs de leur équipe favorite. « Ça va faire 20 ans qu’on est ici. On était là dans le temps des petites estrades en métal », lance M. Bazin, qui a eu raison d’être confiant envers les siens.  

Photo Didier Debusschère

Cynthia Cloutier était présente pour voirson fils Mathieu Betts, ancien Rouge et Or, être honoré en étant nommé sur l’équipe d’étoiles des 25 ans de l’équipe. « C’est aussi pour rendre hommage à son diplôme, c’est la chose la plus importante de son passage ici », estime la mère de famille. L’ancien coéquipier de Betts au cégep, Samuel Peever-Bernard, était aussi de la fête.   

Photo Didier Debusschère

Une fanfare Rouge et Or a égayé les partisans en sillonnant le stationnement du PEPS où se tenait le tailgate. La troupe, composée de professeurs et d’élèves, insuffle une énergie typique aux matchs de football universitaires.  

Photo Didier Debusschère

Si certains en profitaient pour casser la croûte, d’autres fêtards à la fibre compétitive ont amené un jeu de poches pour se préparer au choc contre les Carabins. « Je suis arrivé à 6 h 15 pour monter la tente. On est ici pour l’ambiance, les rencontres, les rafraîchissements! », énumère Raphaël Sévigny.