/news/elections
Navigation

Sondage: une course électorale plus serrée que jamais

Les libéraux et les conservateurs sont pratiquement à égalité dans les intentions de vote au Canada

Sondage: une course électorale plus serrée que jamais

Coup d'oeil sur cet article

L’appui massif des francophones au Bloc québécois est un des facteurs qui poussera tout le pays à veiller tard demain avant de connaître l’issue d’une course électorale plus serrée que jamais entre les libéraux et les conservateurs, selon un sondage Léger-Le Journal.  

«Il se peut que [demain] l’on puisse seulement parler d’un gouvernement minoritaire et qu’il soit minuit, minuit trente avant de dire sa couleur», prévoit le vice-président de Léger, Christian Bourque.   

Justin Trudeau et Andrew Scheer
Photo d'archives, AFP
Justin Trudeau et Andrew Scheer

  

L’ultime sondage Léger-Le Journal de cette campagne, réalisé du 17 au 18 octobre auprès de 2117 électeurs canadiens, indique que les Libéraux et conservateurs récoltent tous deux 33 % des intentions de votes au pays. Le suspense reste donc entier à quelques heures du scrutin.    

«Une égalité qui a duré six semaines, je n’ai jamais vu ça», poursuit M. Bourque.    

L’appui des francophones du Québec au Bloc québécois, qui obtient désormais 40 % des intentions de vote chez les francophones dans la province, favorise cette incertitude, car le Bloc empêchera les grands partis de faire des gains dans plusieurs circonscriptions.    

La faute au Bloc...  

«Que le Bloc soit là rend la possibilité d’une majorité très difficile», précise Christian Bourque. Les troupes du chef Yves-François Blanchet ont connu une remontée spectaculaire. Ils récoltaient 26 % des intentions de vote chez les francophones le 2 octobre.    

Plusieurs sondages ont laissé présager un gouvernement minoritaire depuis le début de la campagne, et la tendance se confirme avec des résultats si serrés.    

La force du Bloc n’est pas la seule raison expliquant que les Canadiens veilleront tard demain. L’incertitude règne à travers le pays. Seulement l’Alberta, la Saskatchewan et le Manitoba demeurent relativement stables, à part quelques exceptions, notamment à Winnipeg et Edmonton.    

... et aussi à l’Ontario  

Une bonne partie de la course entre les bleus et les rouges pourrait par ailleurs se jouer en Ontario où 121 sièges sont en jeu, selon Christian Bourque. Depuis le début de la campagne, conservateurs, libéraux et néo-démocrates ont d’ailleurs multiplié les efforts dans le fameux 905, l’indicatif régional en banlieue de Toronto.    

Dans l’ensemble de la province, les libéraux sont en tête, avec à 39 % des intentions de vote, contre 35 % pour les conservateurs.    

«Tout est encore possible pour les deux grands partis», souligne M. Bourque.    

Les libéraux pourraient perdre quelques sièges dans les provinces de l’Atlantique. Ils avaient balayé la région en 2015. La lutte s’annonce plus serrée qu’il y a quatre ans, avec 41 % des intentions de vote aux libéraux contre 22 % pour les conservateurs et 23 % pour les néo-démocrates.    

Complètement à l’ouest du pays, la Colombie-Britannique sera aussi à surveiller.    

«À 29 %, il y a certains sièges libéraux, notamment en banlieue de Vancouver, qui pourraient basculer vers les conservateurs. Et à 26 %, les néo-démocrates sont encore dans la course. La Colombie-Britannique nous réserve des surprises» prévoit Christian Bourque.    

«En gros, le suspense demeure entier pour la soirée de [demain]. Même qu’on pourrait dire que, dans une campagne relativement ennuyante, le moment le plus le fun risque d’être la soirée électorale», conclut-il.   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Intentions de vote au Québec    

La forte poussée du Bloc québécois chez les francophones, un segment d’électeurs où il récolte désormais 40 % des intentions de vote, permet à la troupe d’Yves-François Blanchet d’espérer faire des gains importants à travers la province.        

  •  Parti libéral : 33 %   
  •  Bloc Québécois : 32 %
  •  Parti conservateur : 15 %   
  •  Parti démocrate : 13 %      
  •  Parti vert : 4 %   
  •  Parti populaire : 3 %      

 Intentions de vote au Canada     

  •  Parti libéral : 33 %   
  •  Parti conservateur : 33 %   
  •  Parti démocrate : 18 %   
  •  Bloc Québécois : 8 %   
  •  Parti vert : 6 %   
  •  Parti populaire : 2 %       

 Intentions de vote par région    

 Colombie-Britannique   

  •  PCC : 31 %   
  •  PLC : 29 %   
  •  NDP : 26 %   
  •  Parti Vert : 11 %   
  •  PPC : 1 %   
  •  Autres partis : 1 %      

 Alberta   

  •  PCC : 60 %   
  •  NDP : 17 %   
  •  PLC : 15 %   
  •  Parti Vert : 5 %   
  •  PPC : 3 %      

 Manitoba et Saskatchewan   

  •  PCC : 54 %   
  •  NDP : 20 %   
  •  PLC : 18 %   
  •  Parti Vert : 5 %   
  •  PPC : 3 %      

 Ontario   

  •  PLC : 39 %   
  •  PCC : 35 %   
  •  NDP : 19 %   
  •  Parti Vert : 4 %   
  •  PPC : 2 %   
  •  Autres partis : 1 %      

 Québec   

  •  PLC : 33 %   
  •  Bloc Québécois : 32 %   
  •  PCC : 15 %   
  •  NDP : 13 %   
  •  Parti Vert : 4 %   
  •  PPC : 3 %      

 Provinces Atlantiques   

  •  PLC : 41 %   
  •  NDP : 23 %   
  •  PCC : 22 %   
  •  Parti Vert : 11 %   
  •  PPC : 3 %      

 MÉTHODOLOGIE   

  •  Sondage web, à l’aide de la technologie d’interview web assistée par ordinateur, du 17 au 18 octobre 2019   
  •  2 117 Canadiens et Canadiennes, âgé(e)s de 18 ou plus et ayant le droit de vote au Canada, recrutés aléatoirement à partir du panel en ligne de LEO   
  •  À l’aide des données du recensement de 2016, les résultats ont été pondérés selon l’âge, le sexe, la langue maternelle, la région et le niveau de scolarité afin de garantir un échantillon représentatif la population   
  •  Une marge d’erreur ne peut pas être associée à un échantillon non probabiliste (Panel web dans ce cas-ci). À des fins de comparaison, un échantillon probabiliste de 2 117 répondants aurait une marge d’erreur de 2,13%, et ce, 19 fois sur 20   
  •  Les résultats présentés dans cette étude sont conformes aux standards en matière de recherche sur l’opinion publique et aux exigences de divulgation du CRIC