/news/elections
Navigation

Les libéraux réélus avec un gouvernement minoritaire

Coup d'oeil sur cet article

OTTAWA | Le premier ministre sortant Justin Trudeau a gagné son pari d’obtenir un deuxième mandat, lundi soir, mais il se retrouvera aux commandes d'un gouvernement minoritaire.  

 • À lire aussi: Bleu à l’Ouest et rouge à l’Est  

 • À lire aussi: La balance du pouvoir au NPD  

 • À lire aussi: Fédérales 2019: le Bloc renaît de ses cendres  

 «On va continuer ce qu'on a commencé, parce que les libéraux savent qu'il est toujours possible de faire mieux», a lancé un chef libéral rayonnant, mardi au petit matin.  

AFP

Les libéraux étaient en tête dans 157 circonscriptions, vers 4 h, tôt mardi matin.  

Les conservateurs suivaient avec 121 candidats en voie d’être élus. Les bloquistes sont arrivés au troisième rang, ayant effectué d'importants gains, et ce, jusqu'à atteindre 32 sièges.  

«Nous revenons de loin, mais nous irons encore plus loin», a claironné le chef bloquiste Yves-François Blanchet. Ce dernier a d'ailleurs été élu dans la circonscription de Beloeil-Chambly et fera donc son entrée à la Chambre des communes.  

M. Trudeau a par ailleurs reconnu que plusieurs Québécois ont voté massivement pour le Bloc. «Mes chers Québécois, j'ai entendu votre message ce soir. Vous voulez continuer à avancer avec nous, mais vous voulez que la voix du Québec porte encore plus à Ottawa», a-t-il déclaré dans son discours de victoire.  

Le chef conservateur, Andrew Scheer, a pour sa part admis qu’il était déçu des résultats de l’élection. Il s’est toutefois accordé le crédit pour avoir «mis en garde Justin Trudeau». «Son leadership est endommagé et son temps au gouvernement va bientôt prendre fin. Et quand ce moment viendra, les conservateurs seront prêts, et nous allons gagner», a-t-il dit depuis Regina.  

Les néo-démocrates menaient dans à peine 24 des 338 circonscriptions canadiennes. Le chef du NPD Jagmeet Singh est malgré tout parvenu à garder son siège de Burnaby-Sud, près de Vancouver. Le chef adjoint et député de Rosemont Alexandre Boulerice, est par ailleurs le seul député néo-démocrate du Québec qui a réussi à être réélu.  

Alliance entre le PLC et NPD?  

Le politologue Daniel Béland, professeur à l’Université McGill, croit que les libéraux minoritaires auront tout intérêt à tenter de former une alliance avec les élus néo-démocrates, dans les prochains jours.  

«Ces deux partis ont plus de 170 sièges au total, ce qui est le chiffre magique [pour une] majorité de sièges. Ceci devrait assurer une certaine stabilité politique, mais les gouvernements minoritaires durent rarement quatre ans», a-t-il analysé.  

Principaux gains en Ontario et au Québec pour l’équipe Trudeau   

Les libéraux ont fait leurs principaux gains en Ontario, menant dans 78 circonscriptions. Le Québec aura aussi joué pour beaucoup, malgré les sièges ravis par le Bloc.  

Déjà, les premiers résultats venus des provinces de l’Atlantique plaçaient les libéraux en tête, en début de soirée électorale. Les troupes de Justin Trudeau y auront élu une vingtaine de députés.  

Les conservateurs, qui n’étaient parvenus à gagner aucun des 32 sièges dans les Maritimes au précédent scrutin de 2015, en ont obtenu quatre, lundi soir. Le NPD s'en sortait pour sa part avec un seul siège, dans Saint-Jean Est, à Terre-Neuve-et-Labrador.  

Les verts, qui espéraient faire des gains en Atlantique, n’ont finalement réussi qu’à gagner la bataille dans une seule circonscription de cette région, soit celle de Fredericton, au Nouveau-Brunswick.  

En Colombie-Britannique, les verts sont parvenus à faire réélire leur chef, Elizabeth May, dans Saanich-Gulf Islands, et Paul Manly, dans Nanaimo-Ladysmith. Notons que, dans cette province, l'ex-ministre libérale Jody Wilson-Raybould, a réussi à être élue indépendante.  

En Beauce, le chef du Parti populaire du Canada Maxime Bernier, n’a pas réussi à gagner son siège. «J’ai eu le privilège d’être député de la Beauce depuis 13 ans [et] j’accepte le résultat avec humilité», a-t-il réagi.  

Pas de majorité   

Pour obtenir un gouvernement majoritaire, un parti doit cumuler un minimum de 170 sièges.  

Ces dernières semaines, la remontée dans les intentions de vote du Bloc québécois et du Nouveau Parti démocratique – au Canada anglais – a toutefois fait pencher la balance vers un gouvernement minoritaire.  

À la dissolution de la Chambre, en juin, les libéraux détenaient 177 sièges tandis que les conservateurs en avaient 95. Les néo-démocrates en occupaient pour leur part 39 et le Bloc québécois 10. Le Parti vert avait pour sa part deux députés, soit la chef Elizabeth May et l’élu de Nanaimo-Ladysmith, Paul Manly.  

Dix sièges étaient occupés par des députés indépendants ou candidats partis n’ayant qu’un seul représentant, comme le Parti populaire du Canada de Maxime Bernier.  

 - Avec Sarah Daoust-Braun  

 «Quelle soirée incroyable», s'exclame Justin Trudeau    

 Le premier ministre Justin Trudeau est apparu rayonnant au terme de la soirée électorale, même s'il a perdu sa majorité.    

 «Quelle soirée incroyable», a lancé d'entrée de jeu le chef libéral, sous les applaudissements de ses militants.    

 «Je vous donne ma parole. On va continuer ce qu'on a commencé, parce que les libéraux savent qu'il est toujours possible de faire mieux», a-t-il ajouté un peu plus tard. M. Trudeau a joué la carte de l'unité, tendant la main aux Québécois et aux citoyens des Prairies.   

«Pour ceux qui n'ont pas voté pour nous, sachez que nous allons travailler tous les jours pour vous. Nous allons gouverner pour tout le monde. Notre équipe va se battre pour tous les Canadiens», a-t-il lancé.  

AFP

«Mes chers Québécois, j'ai entendu votre message ce soir. Vous voulez continuer à avancer avec nous, mais vous voulez que la voix du Québec porte encore plus à Ottawa», a aussi analysé le chef libéral, en promettant de porter les préoccupations du Québec à Ottawa. Les libéraux ont perdu de nombreux sièges au Québec, au profit du Bloc québécois.    

«Les Canadiens en Alberta et en Saskatchewan, vous êtes une part essentielle de ce pays», a ajouté M. Trudeau, qui n'a pas fait élire un seul député dans ces deux provinces pétrolifères qui sont à couteaux tirés avec les libéraux.    

Le premier ministre a rappelé certaines de ses promesses phares, notamment de lutter contre les changements climatiques, lui qui estime avoir reçu un «mandat clair» pour aller de l'avant avec son programme électoral dans le cadre de son second mandat.    

 - Agence QMI   

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.