/news/elections
Navigation

L’ancien député péquiste Stéphane Bergeron de retour aux Communes

Stéphane Bergeron
Photo d'archives

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien ministre péquiste Stéphane Bergeron a gagné son pari en se faisant élire pour le Bloc québécois dans Montarville, sur la Rive-Sud de Montréal.

Il s’agit d’un retour sur la scène fédérale pour l’homme de 54 ans, qui a été député bloquiste de Verchères-Les Patriotes de 1993 à 2005.

Il s’était par la suite tourné vers la politique provinciale pour le Parti Québécois de 2005 à 2018. Il a notamment été ministre de la Sécurité publique au sein du gouvernement de Pauline Marois de 2012 à 2014.

En début de campagne, M. Bergeron a avoué avoir hésité à retourner en politique. C’est l’annonce de son ancien collègue du PQ Réjean Hébert, qui s’est présenté sous la bannière du Parti libéral du Canada, qui l’a convaincu de se lancer dans la course.

« L’annonce de mon ex-collègue Réjean Hébert a fini de précipiter ma réflexion, parce qu’il m’apparaît qu’en cette ère de cynisme au niveau politique, il faut démontrer aux Québécoises et Québécois qu’il y a encore des gens qui font de la politique par conviction et qu’ils ne le font pas simplement par intérêt », avait-il dit.

En remportant la circonscription de Montarville, Stéphane Bergeron a délogé le candidat sortant du Parti libéral du Canada, Michel Picard. À 23h15, Bergeron avait récolté 41% des votes contre 36% pour le libéral.

Le doyen Louis Plamondon réélu pour une 11e fois

Pour la 11e fois en 35 ans, le bloquiste Louis Plamondon a été réélu. La victoire a été facile pour l’homme de 76 ans, qui restera le doyen de la Chambre des communes.  

À 23 h, il dominait près de 60 % des votes, contre 18 % pour la candidate libérale qui est actuellement deuxième.Le député de Bécancour-Nicolet-Saurel a fait son entrée pour la première fois à la Chambre des communes le 4 septembre 1984, sous la bannière du Parti progressiste-conservateur de Brian Mulroney. Il a ensuite cofondé le Bloc québécois en 1991. 

L’hiver dernier, il a claqué la porte au parti alors dirigé par Martine Ouellet. Il est revenu par la suite, après le départ de la cheffe. 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.