/sports/football
Navigation

Les Colts au sommet

FBN-SPO-INDIANAPOLIS-COLTS-V�TENNESSEE-TITANS
Photo AFP Jacoby Brissett, Eric Ebron et TY Hilton ont eu plusieurs occasions de célébrer dans une victoire cruciale face aux Texans.

Coup d'oeil sur cet article

Il y a deux mois, le monde des Colts s’écroulait quand le quart-arrière Andrew Luck a ébranlé la planète NFL en annonçant sa retraite prématurée. Les voilà pourtant bien installés au sommet de la division Sud de la conférence américaine en vertu d’une importante victoire de 30-23 face aux Texans.

Certains voyaient les Colts vivre une interminable saison dans le sous-sol. Même les plus optimistes ne pouvaient imaginer mieux qu’une équipe compétitive, qui pourrait éventuellement se battre pour une place en séries, sans grande fanfare.

Jacoby Brissett à la place d’Andrew Luck, c’était un peu passer d’une Ferrari à une calèche. Dans le meilleur des scénarios, Brissett allait devenir tout au plus un quart-arrière efficace, à l’arrière-plan d’une attaque axée sur le jeu au sol.

Brissett solide

On savait que les Colts misaient sur une équipe de qualité, notamment grâce à une ligne offensive figurant parmi les meilleures du circuit et une défensive qui a fait des pas de géant en 2018. Mais sans le général ultra productif en Luck, une régression majeure n’était qu’une évidence.

Mais voilà, les Colts montrent un dossier de 4-2 et Brissett est littéralement une révélation. Beaucoup mieux entouré qu’à sa première expérience comme partant en 2017, il a déjà lancé 14 passes de touché contre seulement trois interceptions. Face aux Texans, il vient de connaître ses meilleurs moments en carrière avec 326 verges et quatre touchés.

Jusqu’à présent, la perception concernant les Colts était qu’ils pouvaient gagner seulement parce que leur jeu au sol fonctionnait. À trois reprises cette saison, ils ont couru pour plus de 165 verges.

C’est d’ailleurs grâce à une récolte de 180 verges par la course qu’ils ont causé l’une des plus grosses surprises cet automne en renversant les Chiefs il y a deux semaines.

Face aux Texans, l’entraîneur-chef Frank Reich n’a pourtant pas hésité une seconde à mettre le match entre les mains de son quart-arrière. Dès la séquence offensive initiale, qui s’est étirée sur 95 verges, les Colts ont opté pour la passe sur neuf des 12 jeux.

Brissett est en train de s’établir non seulement comme un quart-arrière crédible, mais qui peut même être très productif. Il n’a que 26 ans et s’il est encore trop tôt pour affirmer qu’il est le quart-arrière d’avenir à long terme pour les Colts, il est assurément bien parti en ce sens.

La défensive contribue

Du côté défensif, sans être dominants, les Colts ont le mérite d’avoir intercepté à deux reprises Deshaun Watson, qui s’est hissé dernièrement parmi la liste de candidats logiques au titre de joueur le plus utile dans la NFL.

Pourtant, les Colts étaient privés d’un de leurs demis de coin partants et attendent toujours le retour du maraudeur Malik Hooker. Il aura fallu l’interception décisive du secondeur Darius Leonard en fin de match pour clore le débat. Ce même Leonard avait raté les trois derniers matchs des siens en raison d’une commotion cérébrale. Mine de rien, cette défensive a aussi accumulé sept sacs du quart à ses deux derniers matchs.

Les Colts n’affrontent pas un adversaire doté d’une fiche gagnante avant le 21 novembre, lors du match revanche face aux Texans. Il est donc logique de croire que d’ici là, ils seront potentiellement hors de portée.

Les gagnants

Aaron Rodgers

FBN-SPO-INDIANAPOLIS-COLTS-V�TENNESSEE-TITANS
Photo AFP

Le quart-arrière des Packers a brillé avec 429 verges et cinq passes de touché, ce qui lui a fait atteindre le plateau des 350 en carrière. Seulement huit autres pivots dans l’histoire peuvent en dire autant.

Kirk Cousins

Peu de joueurs ont été critiqués aussi durement que Cousins l’a été, y compris dans ces pages. Le quart des Vikings a répondu à ses détracteurs de manière admirable avec 10 passes de touché à ses trois derniers matchs, dont quatre hier.

Les Cardinals

La bande de Kyler Murray a remporté un troisième match de suite pour une première fois depuis 2015. Le porteur Chase Edmonds s’est révélé avec 126 verges et trois touchés. Chandler Jones a réussi quatre sacs du quart.

Les 49ers

Dans la flotte, la courte victoire de 9-0 face aux Redskins n’a rien de grandiose, mais le boulot défensif des Niners doit être souligné. Pour la troisième semaine de suite, l’adversaire n’a pas gagné 180 verges contre eux.

Les Ravens

Non seulement ils ont battu les Seahawks, mais ils les ont battus à Seattle, où il n’est jamais commode de gagner. Lamar Jackson n’est pas conventionnel et son style pourrait écourter sa durée de vie, mais avec 111 verges au sol, il a inspiré les siens.

Les perdants

Les Falcons

Ils ont encore été déclassés, le porteur Devonta Freeman a été éjecté après avoir donné un coup de poing à Aaron Donald et le quart-arrière Matt Ryan s’est blessé à la cheville. Quelle saison aux ordures !

Daniel Jones

Dans le duel des quarts-arrière recrues, Daniel Jones a beaucoup plus mal paru que Kyler Murray avec trois revirements. La pression venait rapidement sur lui, mais il ne pouvait se permettre d’échapper trois fois le ballon.

Andy Dalton

Ce n’est pas que l’on veuille s’acharner sur le rouquin, mais il ne nous laisse pas le choix. Dalton a coulé les Bengals au quatrième quart avec des interceptions sur trois séquences offensives de suite. Ça suffit, les Bengals !

Les Bears

Il n’y a rien de plus ennuyant dans la NFL en ce moment que de regarder l’offensive des Bears s’automutiler. Mitchell Trubisky n’a rien cassé à son retour au jeu en ratant plusieurs receveurs ouverts.

Melvin Gordon

Le porteur des Chargers a connu une autre sortie difficile avec seulement 32 verges de gains. Par-dessus tout, il n’a pu franchir la ligne des buts avec seulement une verge à gagner lors des deux derniers jeux des Chargers, échappant le ballon au passage.

5 Jeux de la semaine

1• Les Raiders l’échappent

Les Raiders ont très mal paru face aux Packers, mais un jeu critique a changé le cours d’un match jusque-là serré, en fin de première demie. Le quart-arrière Derek Carr a foncé vers la zone des buts et échappé le ballon. Le ballon a franchi la ligne des buts hors de ses mains puis est sorti du terrain, ce qui a redonné possession aux Packers, qui ont inscrit un touché sur cette séquence offensive. Le pointage, qui était de 14-10, est passé à 21-10 et les Raiders n’ont plus jamais été dans le coup.

2• White sauve les meubles

Croyez-le ou non, les pauvres Dolphins détenaient une avance de 14-9 au troisième quart face aux Bills et se rapprochaient de la zone des buts pour scier les jambes de leurs rivaux. C’est le moment que Ryan Fitzpatrick a choisi pour redevenir Ryan Fitztragique avec une interception à la ligne de deux verges. L’auteur de l’interception, Tre’Davious White a redonné vie aux siens, qui ont orchestré une poussée offensive de 98 verges pour inscrire un touché et reprendre les devants.

3• Retour remarqué

Les Cardinals renouaient avec leur demi de coin étoile Patrick Peterson, qui avait été suspendu pour les six premiers matchs. Avec les Giants qui tentaient de combler un retard de trois points en fin de rencontre, Peterson s’est élancé sur un blitz et a rejoint le quart-arrière Daniel Jones pour lui faire perdre le ballon au passage. Les Cardinals ont repris le ballon et le jeu a permis d’étouffer la menace.

4• Touché, Patterson !

Les touchés sur les retours de bottés sont devenus une denrée rare, mais l’explosif Cordarrelle Patterson a remédié à la situation en galopant sur 102 verges au premier quart, unique moment de réjouissances pour les Bears. Il s’agissait d’un septième touché en carrière pour lui sur des retours de bottés. Il s’agissait d’un premier touché sur un retour de botté au Soldier Field depuis le 16 octobre 2011, par l’inoubliable Devin Hester.

5• Bienvenue Marcus

Il y a cinq jours, le demi de coin Marcus Peters était échangé des Rams aux Ravens. Hier, il a récompensé l’audace de sa nouvelle équipe en devenant le premier joueur cette saison à intercepter une passe du quart-arrière Russell Wilson. Peters a fait encore mieux en retournant cette interception sur 67 verges pour un touché. Il y a pire, comme début !