/news/elections
Navigation

Les conservateurs gardent leur majorité à Québec

Le Bloc québécois leur a ravi quelques sièges

Les députés conservateurs réélus Joël Godin, Gérard Deltell et Pierre Paul-Hus.
Photo Simon Clark Les députés conservateurs réélus Joël Godin, Gérard Deltell et Pierre Paul-Hus.

Coup d'oeil sur cet article

Dominants dans la grande région de Québec, il y a quatre ans, les conservateurs ont tenu le fort en faisant réélire, lundi soir, la grande majorité de leurs députés mais ils ont perdu quelques plumes au profit du Bloc québécois.    

Les conservateurs ont balayé rapidement la Rive-Sud de Québec et ont même délogé Maxime Bernier de son fief en Beauce. Sur la Rive-Nord, la soirée a été un peu plus ardue dans certains comtés, particulièrement pour la députée sortante de Beauport-Côte-de-Beaupré-Île d’Orléans-Charlevoix, Sylvie Boucher, défaite par la bloquiste Caroline Desbiens.      

Les députés conservateurs réélus Joël Godin, Gérard Deltell et Pierre Paul-Hus.
Photo Simon Clark

La candidate bloquiste dans Beauport-Limoilou, Julie Vignola, a également remporté une lutte à trois - très serrée en début de soirée - avec 30 % des voix, devançant le conservateur Alupa Clarke et le libéral Antoine Bujold qui ont récolté chacun 26 % des voix.

Les députés conservateurs réélus Joël Godin, Gérard Deltell et Pierre Paul-Hus.
Photo Simon Clark

Deltell réélu facilement

D’autres vedettes conservatrices locales comme Gérard Deltell n’ont cependant eu aucune difficulté à se faire réélire, avec plus de 14 000 voix de majorité. Les dizaines de militants réunis à l’Hôtel Plaza de Sainte-Foy ont également pu se réjouir de la réélection de Joël Godin ou encore de Pierre-Paul Hus. Ils étaient cependant consternés lors de l’annonce d’un gouvernement libéral minoritaire par le réseau TVA à 22h01.

«On va faire l’analyse des résultats finaux (mardi) matin mais ce qui me concerne le plus, c’est de voir Justin Trudeau premier ministre du Canada, ça, ça me dérange énormément», a réagi le député de Charlesbourg-Haute-Saint-Charles, Pierre Paul-Hus, promettant une «opposition forte» à Ottawa.

Les députés conservateurs réélus Joël Godin, Gérard Deltell et Pierre Paul-Hus.
Photo Simon Clark

Sentiments partagés

Gérard Deltell est arrivé un peu plus tard au rassemblement conservateur. Se disant «honoré» par le vote de confiance des électeurs dans Louis-Saint-Laurent, il n’a pas caché cependant sa déception de se retrouver à nouveau dans les banquettes de l’opposition. La défaite de ses collègues Sylvie Boucher et Alupa Clarke – un député «exceptionnel qui a travaillé comme un fou pendant quatre ans» - l’a véritablement sonné.

«C’est sûr que c’est un sentiment très partagé. Ça fait chaud au cœur de recevoir le soutien des citoyens mais en contrepartie, de voir des collègues qui ont perdu alors qu’ils auraient fait des députés voire même des ministres exceptionnels dans un gouvernement canadien, c’est évidemment décevant», a-t-il réagi.

Les députés conservateurs réélus Joël Godin, Gérard Deltell et Pierre Paul-Hus.
Photo Simon Clark

«Il faut respecter la volonté des Canadiens. Ils ont envoyé un message très clair ce soir, ils sont divisés et ils n’ont pas réussi à identifier quelqu’un, un leader capable de les fédérer pour faire avancer le pays. C’est à nous, aux 338 élus du nouveau Parlement, de travailler ensemble, en collaboration. Un peu tout le monde devra mettre de l’eau dans son vin pour faire avancer les choses pour le pays», a ajouté le député qui a également siégé plus de six ans à l’Assemblée Nationale pour l'ADQ et la CAQ.

 Attentes très élevées

Largement en tête en 2015 dans la grande région de Québec, les conservateurs avaient beaucoup à perdre puisqu’ils avaient raflé 10 sièges sur 12 il y a quatre ans. Malgré la défection de Maxime Bernier, qui a fondé son propre parti, ils détenaient encore les trois quarts des sièges sur la rive-nord et la rive-sud de Québec. Au final, ils se retrouvent aujourd’hui avec huit sièges, un seul en moins.

Non seulement espéraient-ils conserver leurs acquis mais ils croyaient dur comme fer qu’ils pourraient faire des gains en arrachant aux libéraux leurs deux comtés. «Tous les espoirs sont permis», avait déclaré M. Paul-Hus en début de soirée.  «La région de Québec a été bien servie dans les 10 années du gouvernement Harper et je crois que les gens comprennent que c’est encore la meilleure chose à faire», avait-il ajouté, quelques minutes avant la fermeture des bureaux de vote

Les députés conservateurs réélus Joël Godin, Gérard Deltell et Pierre Paul-Hus.
Photo Simon Clark

Le bilan des libéraux attaqué 

En début de campagne, les membres du caucus conservateur régional avaient attaqué le bilan des deux seuls députés libéraux du coin – Jean-Yves Duclos et Joël Lightbound – dénonçant leur «inefficacité crasse» dans le dossier du pont de Québec.

Les députés conservateurs réélus Joël Godin, Gérard Deltell et Pierre Paul-Hus.
Photo Simon Clark

Les conservateurs ont également surfé sur leur promesse de financer en partie le projet de troisième lien, rappelant qu’ils étaient les seuls, au fédéral, à promettre d’injecter des fonds pour ce projet. L’enjeu de l’avortement a «nui quelques jours à notre campagne», a reconnu M. Paul-Hus, mais la population a «compris», selon lui, qu’Andrew Scheer n’avait nullement envie de rouvrir ce débat.

Les députés conservateurs réélus Joël Godin, Gérard Deltell et Pierre Paul-Hus.
Photo Simon Clark

 

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.