/sports/others
Navigation

Des objectifs ambitieux

Le Rouge et Or vise les deux bannières de la compétition qui a lieu sur ses terres

Les coureurs Jean-Simon Desgagnés, Catherine Beauchemin et Félix Pilote-Lapointe ainsi que l’entraîneur-chef Félix-Antoine Lapointe ont de grandes attentes en prévision du championnat provincial qui aura lieu, samedi, sur les plaines d’Abraham.
Photo Richard Boutin Les coureurs Jean-Simon Desgagnés, Catherine Beauchemin et Félix Pilote-Lapointe ainsi que l’entraîneur-chef Félix-Antoine Lapointe ont de grandes attentes en prévision du championnat provincial qui aura lieu, samedi, sur les plaines d’Abraham.

Coup d'oeil sur cet article

Le Rouge et Or de l’Université Laval tentera d’enlever les deux bannières par équipe lors du championnat provincial de cross-country qui se déroulera, samedi, sur les plaines d’Abraham.

Championnes nationales en titre, les filles du Rouge et Or reçoivent une solide opposition des Martlets de McGill depuis le début de la saison, alors que les hommes ont remporté les trois premières étapes de la saison et sont largement favoris.

« La compétition qui est saine et permet de se pousser est plus forte entre nous qu’avec les autres équipes du RSEQ, mais c’est toujours possible que quelques autres se glissent dans le top 10 », a souligné le champion en titre Jean-Simon Desgagnés qui a remporté les cinq dernières étapes du circuit RSEQ auxquelles il a pris part.

« La forme est très bonne et j’ai eu un gros volume d’entraînement au cours des trois dernières semaines. Je suis en confiance », a-t-il ajouté.

Son coéquipier Félix Pilote-Lapointe sera lui aussi à surveiller, lui qui a pris le deuxième rang l’an dernier.

Le triathlonien Charles Paquet est un autre coureur à garder dans sa ligne de mire du côté du Rouge et Or qui est à la recherche d’un 9e titre provincial consécutif.

« Il ne faut jamais avoir d’excès de confiance, a prévenu l’entraîneur-chef Félix-Antoine Lapointe, mais nous avons remporté trois victoires convaincantes sur le circuit RSEQ depuis le début de la saison. L’an dernier avec une 4e position, c’était la première fois en sept ans qu’on ne montait pas sur le podium par équipe au national. Nous étions déçus. Avec une équipe plus expérimentée, on espère remonter cette année sur le podium. Calgary, McMaster et Guelph qui nous ont devancés en 2018 constituent encore les équipes à battre. »

Chaude compétition

La lutte sera assurément plus serrée chez les femmes. Le Rouge et Or a remporté le titre par équipe au cours des deux dernières années ainsi qu’au cours de quatre des cinq dernières. McGill s’est imposé en 2016. Vainqueure à Sherbrooke le 28 septembre et au parc Maisonneuve à Montréal le 12 octobre, Jessy Lacourse représente le meilleur espoir pour remporter le titre provincial. Catherine Beauchemin et Aurélie Dubé-Lavoie auront aussi leur mot à dire.

À son année recrue, Beauchemin a terminé au deuxième rang l’an dernier au championnat provincial.

« On vise la bannière par équipe, a-t-elle indiqué. McGill a un excellent programme et c’est un défi qui nous motive à travailler encore plus fort. Ça va être une chaude lutte. Sur le plan individuel, je vise un podium. J’ai fait de gros intervalles dans les dernières semaines et je suis confiante. Le parcours des Plaines est côteux et difficile. »

Raison

L’absence d’Anne-Marie Comeau sur le circuit provincial explique en partie pourquoi le Rouge et Or se fait chauffer et parfois battre par les Martlets de McGill.

Lors de la compétition interconférences tenue le 12 octobre au parc Maisonneuve à Montréal, Laval n’a devancé McGill que par un petit point au classement par équipe. Les Martlets avaient devancé le Rouge et Or lors des deux premières étapes de la saison à McGill et à Sherbrooke.

Comeau ratera le rendez-vous

Anne-Marie Comeau fait toujours partie du Rouge et Or, mais elle ne prendra pas part au championnat provincial.

Ce n’est pas une surprise puisque la coureuse et son entraîneur Félix-Antoine Lapointe avaient convenu d’une entente en début de saison.

« Parce qu’Anne-Marie se prépare pour le marathon de Philadelphie qui aura lieu le 24 novembre, elle doit se préparer et participer à toutes les courses du circuit québécois, ce qui aurait impliqué un horaire trop chargé, a expliqué Lapointe. Nous sommes arrivés au compromis qu’elle prendrait part au championnat canadien le 9 novembre à l’Université Queen’s, mais qu’elle ne serait pas des étapes du circuit québécois. »

Réglementation

L’olympienne en ski de fond des Jeux de Pyeongchang de 2018 aurait pu prendre le départ du championnat provincial qui se déroulera, samedi, sur les plaines d’Abraham, mais les règles du RSEQ ne lui permettaient pas.

« Les règles du RSEQ exigent qu’un athlète participe à deux étapes du circuit pour être admissible au championnat provincial, a raconté Lapointe. En termes de volume d’entraînement, il aurait été possible qu’elle participe au championnat provincial avant le marathon de Philadelphie, mais les règles ne le permettaient pas. »

Championnes nationales en titre, les filles du Rouge et Or aspirent encore à grimper sur le podium cette année alors que le championnat canadien sera de nouveau disputé à Queen’s.

Les Gaels occupent actuellement le premier rang au top 10 canadien et Laval pointe au 3e rang. Guelph se retrouve entre les deux.

Indispensable

« Sans la présence d’Anne-Marie, on n’aurait pas pu aspirer à la victoire, a reconnu l’entraîneur du Rouge et Or. On a besoin de nos quatre athlètes d’exception pour aspirer à la victoire ou à un podium. Pour établir l’équipe gagnante, les cinq meilleurs résultats sont retenus. Nos quatre filles avaient terminé dans le top 7 l’an dernier au national et elles avaient été choisies au sein de l’équipe d’étoiles du championnat. »

Jessy Lacourse, Catherine Beauchemin et Aurélie Dubé-Lavoie complètent ce quatuor de pointe.

Le marathon de Philadelphie sera le deuxième en carrière pour l’athlète de Saint-Ferréol-les-Neiges après sa 9e place à Ottawa en mai dernier en vertu d’un chrono de 2 h 43 min 59 s

Le standard olympique joue autour de 2 h 31 min Comeau souhaite obtenir son billet pour les Jeux de 2020 et, de façon plus réaliste, pour ceux de 2024.