/opinion/columnists
Navigation

Andrew Scheer doit partir

CANADA-VOTE-ELECTION
Photo AFP « Scheer avait une occasion en or de déloger un premier ministre dont l’étoile scintillait de plus en plus faiblement »

Coup d'oeil sur cet article

La politique, c’est ingrat. Et Andrew Scheer risque fort de le découvrir à ses dépens très prochainement.

Tels les dignes représentants d’un club optimiste, les proches et fidèles du chef conservateur vont répéter ad nauseam que le résultat est loin d’être catastrophique. Que les bleus ont eu près de 240 000 votes de plus que les rouges, qu’ils ont obtenu 19 sièges de plus qu’en 2015 et que leur chef n’a pas commis de bourdes majeures.

Tout ceci est vrai. Mais ne change absolument rien à la dure réalité. Soit que le Parti conservateur devra se trouver un nouveau ou une nouvelle chef rapidement s’il souhaite que l’issue de la prochaine élection soit différente de celle-ci.

Occasion manquée

Car la vérité toute crue, c’est que M. Scheer avait une occasion en or de déloger un premier ministre dont l’étoile scintillait de plus en plus faiblement dans le firmament politique, au fil des scandales et des manques de jugement.

On pense évidemment au sort décevant au Québec, alors que la question de l’avortement a freiné l’élan du PCC, avec comme résultat net que ceux-ci auront même perdu deux sièges chez nous. Par son incapacité à clairement répondre aux interrogations sur ses valeurs personnelles, Scheer a été incapable d’évacuer le débat pendant longtemps. Trop longtemps. Et il n’a que lui à blâmer pour ce fait.

Mais il y a plus. Car ce n’est pas au Québec que l’élection s’est jouée pour le Parti conservateur. Même s’ils avaient obtenu le double de sièges, les libéraux auraient quand même été reportés au pouvoir. Non, c’est en Ontario que le bât aura blessé. C’est sur ce territoire qu’Andrew Scheer devait se démarquer de son adversaire. Il devait y effectuer au moins une quinzaine de gains pour accéder au pouvoir. Il aura plutôt été limité à trois petits comtés de plus.

Certains diront qu’il a été désavantagé par l’impopularité de Doug Ford, qui vacille à la tête de la province, et du fait que Justin Trudeau s’est employé à faire des rapprochements entre les deux politiciens pour effrayer les électeurs. Sans compter l’épouvantail de l’austérité budgétaire, agité inlassablement par les libéraux.

Tout cela est vrai. Mais, quels que soient les motifs, le constat demeure, soit que le chef Scheer a été incapable de s’imposer dans les deux plus importantes provinces du pays.

Confiance des membres

Si Andrew Scheer s’accroche à la tête de son parti, comme il semble vouloir le faire, il devra néanmoins se soumettre à un vote de confiance de ses membres au cours des prochains mois. Les militants devront alors se poser la question suivante : nonobstant les qualités d’Andrew Scheer, peuvent-ils entretenir l’espoir tangible de voir un résultat différent au prochain scrutin, avec le même chef à la tête de leur parti?

À ce stade-ci, on a l’impression de répondre à la question en la posant.