/qubradio
Navigation

Drame familial à Montréal: en général, «il y a des signes précurseurs», selon la directrice générale d’Entraide pour hommes

Bloc police
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

La directrice générale d'Entraide pour hommes, Geneviève Landry, affirme que la plupart du temps, il y a des signes précurseurs à un drame familial.

«Il y a des signes précurseurs. Souvent, c’est un homme qui avait tendance à être impulsif ou à utiliser la violence, ou du moins que ce soit physique ou psychologique, il avait cette tendance-là à utiliser ce mécanisme-là», a mentionné Mme Landry, à l’émission Dutrizac à QUB radio, mercredi.

En faisant référence au père de famille qui aurait tué mardi ses deux enfants avant de s’enlever la vie à Montréal, la directrice générale d'Entraide pour hommes a mentionné que ce genre de tragédie peut avoir deux explications.

ÉCOUTEZ l’entrevue de Geneviève Landry sur QUB radio:  

«La première qui est par vengeance : ‘’elle va payer’’. Souvent il y a une rupture amoureuse, il y a eu un conflit, une perte d’emploi [...] Le deuxième scénario, qu’on voit moins souvent par contre, c’est: ‘’la vie est tellement difficile que moi je veux partir, mais je vais amener mes enfants avec moi pour pas qu’ils vivent la même chose que moi’’», a expliqué Geneviève Landry à l’animateur Benoît Dutrizac.

Elle a rappelé l’importance d’en parler avant de «commettre l’irréparable».

À travers le Québec, il y a une trentaine d’organismes spécialisés pour les hommes en détresse. Ces organismes ont été formés «pour prévenir les drames» et ils sont spécialisés afin de pouvoir «évaluer la situation».

Pour consulter la liste des organismes, cliquez ici.    

Si vous avez besoin d’aide, vous pouvez aussi communiquer avec la Ligne québécoise de prévention du suicide, au 1 866 APPELLE (277-3553) ou au www.aqps.info.

Visitez qub.radio pour ne rien manquer de notre programmation quotidienne et de nos baladodiffusions