/news/politics
Navigation

Élection partielle: querelle interne chez Québec solidaire dans Jean-Talon

La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a appuyé publiquement Frédéric Poitras dans Jean-Talon.
Photo d'archives Simon Clark La co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, a appuyé publiquement Frédéric Poitras dans Jean-Talon.

Coup d'oeil sur cet article

L’élection partielle n’est pas encore déclenchée dans Jean-Talon qu’une chicane interne vient d’éclater dans les rangs de Québec solidaire, après que la co-porte-parole, Manon Massé, a appuyé publiquement Frédéric Poitras.  

«Aujourd'hui, je suis pas mal fière qu’un gars comme lui ait répondu positivement à mon appel et décide de se joindre à Québec solidaire. Un 11e siège à l’Assemblée nationale est à notre portée dans Jean-Talon et je suis persuadée que Frédéric peut mobiliser notre monde pour y arriver», a confirmé la chef parlementaire de Québec solidaire, sur sa page Facebook.  

Frédéric Poitras, 42 ans, travaille depuis cinq ans pour Équipe Labeaume, à titre de conseiller politique. Co-fondateur du défunt Cercle, M. Poitras avait été l’un des rares candidats du parti de Régis Labeaume à mordre la poussière, lors des élections municipales de 2013.  

En entrevue à Radio-Canada sur les terrains de l’Assemblée nationale, aux côtés de Manon Massé, M. Poitras a expliqué mercredi que le maire Labeaume a accepté de le «libérer» le temps de faire campagne. «Il m'encourage», a souligné M. Poitras, en assurant toutefois que le maire n’avait pas l’intention de se mêler de la campagne électorale à venir dans Jean-Talon, rendue nécessaire après la démission de Sébastien Proulx.  

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Rififi  

À une semaine de l’assemblée au cours de laquelle les membres de Québec solidaire choisiront celui ou celle qui portera les couleurs de leur parti, l’un des trois autres candidats à l’investiture, Cedrik Verreault, a vivement dénoncé l’intervention de Mme Massé effectuée en faveur de M. Poitras.  

«En poussant pour une candidature externe dans une investiture d’ores et déjà contestée par trois militant-e-s de la base, le parti désavoue la fameuse démocratie participative inscrite dans la déclaration de principes datant de la fondation de Québec solidaire», a déclaré M. Verreault, par voie de communiqué.  

Olivier Bolduc, qui avait affronté le caquiste Marc Picard dans Chutes-de-la-Chaudière aux élections générales de 2018, voudrait essayer de se reprendre dans Jean-Talon.  

José-Frédérique Biron, une ex-employée de l’aile parlementaire solidaire devenue fonctionnaire est aussi sur les rangs.  

Tous avaient été prévenus  

Selon ce qu’il a été possible d’apprendre, chacun avait été informé à l’avance, par soucis de «transparence», que Mme Massé appuierait publiquement M. Poitras.  

François Legault a confirmé mardi qu’il avait trouvé sa «candidate» en vue de l’élection partielle à venir. C’est un secret de Polichinelle qu’il s’agit de la directrice de cabinet d’Éric Caire, Joëlle Boutin, qui avait terminé deuxième dans Jean-Talon, il y a un an.  

Sylvain Barrette souhaite également retenter sa chance avec le Parti québécois.