/misc
Navigation

Le rendez-vous de l’année

Le coup d’envoi à la Série mondiale 2019 a été donné à Houston, hier.
Photo AFP Le coup d’envoi à la Série mondiale 2019 a été donné à Houston, hier.

Coup d'oeil sur cet article

La Série mondiale est un événement festif, le rendez-vous que les amateurs de baseball ne veulent surtout pas rater. À Houston et Washington, les partisans des Astros et des Nationals ont déjà le cœur à la fête.

Les amateurs sont bien servis depuis le début des séries. La claque de quatre buts de Jose Altuve qui a procuré la victoire aux Astros en fin de neuvième manche du sixième match pour éliminer les Yankees fait sans aucun doute partie des plus grands coups de circuit de l’histoire des séries.

Altuve a imité les exploits en Série mondiale de Bill Mazeroski, qui a éliminé les Yankees en 1960, et de Joe Carter, qui a frappé un coup de circuit historique dans l’histoire des Blue Jays de Toronto en fin de neuvième manche du sixième match contre Mitch Williams et les Phillies de Philadelphie, en octobre 1993, pour jeter l’hystérie dans le Rogers Centre et procurer le titre aux Torontois.

Exploit des Nationals

La remontée spectaculaire de Washington contre Milwaukee dans le match suicide de la Ligue nationale a permis à l’équipe de la capitale américaine d’éliminer Milwaukee.

Un coup sûr qui échappe au voltigeur de droite des Brewers a changé l’histoire des Nationals.

Ensuite, la formation du gérant Dave Martinez a éliminé facilement les Cardinals de St. Louis pour accéder à la Série mondiale.

Mes feelings

Je ne peux pas compter les nombreuses fois que les amateurs de baseball me posent la question suivante : « Que ressentez-vous de voir Washington en Série mondiale ? »

Une personne qui a passé plus de 40 ans au sein de l’organisation des Expos ne peut pas être indifférente.

Les Expos ont quitté Montréal en 2004 et, l’année suivante, le premier choix de l’histoire des Nationals au repêchage amateur, Ryan Zimmerman, joue au premier but dans cette Série mondiale.

Le départ des Expos vers Washington est une histoire complètement différente pour moi. Un groupe d’hommes d’affaires avait décidé du moment où la fin de vie des Expos s’annonçait inévitable. Après le dernier match au Stade olympique, on a conduit les Expos vers une résidence pour personnes en phase terminale.

La dernière partie des Expos a été disputée dans la même ville où l’histoire de l’équipe s’était amorcée, New York. Après le dernier retrait des Expos, ces mêmes gens d’affaires ont imposé aux partisans de baseball québécois, dont moi, leur décision d’amorcer l’ultime étape de « l’aide à mourir ».

Les Nationals sont en Série mondiale. En les voyant festoyer sur le terrain après leur victoire contre St. Louis, mon cœur était triste, car on aurait pu vivre ce moment à Montréal.

De la nationale à l’américaine

Les Astros ont joué dans la Ligue nationale à compter de 1962. Le commissaire du baseball en 2013, Bud Selig, a décidé, avec l’appui des propriétaires, de déplacer les Astros vers la Ligue américaine.

Il a motivé ce déménagement comme étant logique puisqu’il voulait créer une rivalité naturelle avec les Rangers du Texas.

Alors, pourquoi les Cubs et les White Sox n’appartiennent pas à la même division, tout comme les Yankees et les Mets, ainsi que les Dodgers et les Angels ?

Pour les puristes du baseball qui ne croient pas au frappeur de choix, si on peut déménager une franchise dans une autre ligue, ne soyez pas surpris de voir un jour le frappeur de choix être utilisé dans les deux ligues.