/news/elections
Navigation

Yves Lévesque digère déjà bien sa «défaite»

Yves Lévesque digère déjà bien sa «défaite»
AMÉLIE ST-YVES/LE JOURNAL DE MONTRÉAL

Coup d'oeil sur cet article

TROIS-RIVIÈRES | L’ex-maire de Trois-Rivières, Yves Lévesque, digérait déjà bien sa «défaite» électorale, mardi, en compagnie de ses petits-enfants qu’il a gardés toute la journée pour la première fois.

«Je suis brûlé ben raide!», a-t-il confié au Journal en riant. Le candidat conservateur dans Trois-Rivières compte apprendre à se reposer et s’occupera de sa famille, maintenant qu’il a du temps devant lui.

Il acceptait bien que les électeurs lui aient préféré la bloquiste Louise Charbonneau, au terme d’une lutte à trois dans le comté de Trois-Rivières. Cette ex-enseignante a été élue avec 28,5% du suffrage, alors que la libérale Valérie Renaud-Martin a récolté 26% des voix. M. Lévesque a fini troisième avec 25,2% des votes.

«Ça fait partie de la vie. La seule chose que l’on peut contrôler dans la vie, c’est soi-même. Pour le reste, on peut juste influencer», dit-il sagement.

Le sexagénaire refuse néanmoins de parler de défaite, qui est réservée à ceux qui ne font pas d’efforts. Dans son cas, il dit avoir donné le maximum de lui-même, comme toujours. «J’ai fait 7000 km en 45 jours, juste dans la région», s’exclame-t-il.

M. Lévesque reste fier d’avoir porté les couleurs des conservateurs qui souffrent, selon lui, d’un problème de perception au Québec. La volonté du parti à décentraliser les provinces était de la «musique à ses oreilles».

Celui qui a dirigé la Ville de Trois-Rivières pendant environ 20 ans compte faire une croix sur la politique, même si elle fait partie de son ADN. «Mais il ne faut jamais dire jamais!», laisse-t-il tomber.