/news/currentevents
Navigation

Cowansville: un père qui changeait l’huile meurt écrasé sous son automobile

Coup d'oeil sur cet article

Un père de la Montérégie effectuant une vidange d’huile sur sa voiture est décédé jeudi sous le poids de celle-ci, car le cric aurait lâché dans le gravier.

Robert Morrison, 29 ans, s’affairait à une tâche de mécanique automobile de routine, jeudi, sur le boulevard Saint-Joseph, à Cowansville. Sa voiture grise, un modèle Impala de Chevrolet, se trouvait dans le stationnement en gravier de l’immeuble de son logement.

Le père de trois enfants en bas âge a soulevé son véhicule à l’aide d’un cric rouge, communément appelé un jack.

Puis, il a retiré le pneu situé à l’avant, du côté passager, afin d’atteindre le filtre à l’huile du moteur, a relaté au Journal Ryan Johnson-Tracy, un bon ami du défunt. L’homme devait effectuer une vidange d’huile.

3500 livres

Le cric aurait malencontreusement lâché sans crier gare, alors que M. Morrison était couché sous l’Impala, qui l’a écrasé, croit son ami, qui le décrit comme un papa dévoué.

« Il faisait tout pour être un bon père et un bon chum. Sa priorité était de voir ses enfants grandir et ne pas manquer une minute », a-t-il confié, trop ébranlé pour en dire davantage.

Un voisin a par la suite remarqué que les jambes inertes de l’homme dépassaient de sous la voiture, vers 13 h, a-t-on appris. Il a composé le 911 et tenté de lui porter secours avec un autre individu.

M. Morrison avait cependant perdu la vie sous la charge de près de 3500 lb. Son décès a été constaté à l’hôpital.

La Sûreté du Québec (SQ) enquête sur les causes de cet incident. Elle ne peut pour l’instant pas s’avancer sur les circonstances de celui-ci.

Il s’agirait néanmoins d’un accident, à première vue, a affirmé le sergent Stéphane­­­ Tremblay.

Mort évitable

Le mécanicien André Jiebne, du garage 7 jours sur 7, à Montréal, considère que ces drames sont évitables.

« Je suis tanné des histoires comme ça, laisse-t-il tomber d’un ton exaspéré. Il y a des trousses complètes qui se vendent, incluant des chandelles de levage, avec le jack. »

Durant cette période charnière de l’automne, alors que tous les conducteurs doivent procéder à l’installation de leurs pneus d’hiver, il déconseille de soulever un véhicule dans une pente ou sur du gravier, sans au moins installer un morceau de bois sous le cric, pour équilibrer.

Sinon, le mécanicien invite les gens à se rendre dans des garages libre-service, ou à faire appel à des professionnels.