/opinion/columnists
Navigation

Dangers pour le Québec

Coup d'oeil sur cet article

Les résultats de lundi compliquent autant les plans de François Legault que ceux de Justin Trudeau.

Ils sont aussi porteurs de dynamiques qui rappellent un peu des épisodes passés.

C’est une des joies de vieillir : expliquer aux jeunes que ce qu’ils ont sous les yeux n’est que le « remake » d’un vieux classique.

Zut !

François Legault espérait une victoire conservatrice, et plus de sièges bloquistes que de sièges libéraux au Québec.

Il n’aura ni l’un ni l’autre.

Jadis, quand René Lévesque disait à Pierre Trudeau qu’il parlait au nom du Québec, le père de Justin répondait qu’il avait lui aussi été élu par des Québécois.

On retrouve un peu cela maintenant.

Un gouvernement fédéral libéral, soutenu par le NPD, cela signifie aussi que toutes les demandes de François Legault adressées à Ottawa n’iront nulle part.

Oubliez la déclaration de revenus unique, les pouvoirs accrus en immigration ou l’assujettissement des entreprises fédérales à la loi 101.

En passant, les férus d’histoire constitutionnelle pourraient vous expliquer que ces demandes québécoises sont vieilles de plusieurs décennies.

Évidemment, François Legault n’a jamais cru qu’il obtiendrait quoi que ce soit.

Il faisait ces demandes pour faire le plein du vote nationaliste et asphyxier le PQ, ce qui a merveilleusement fonctionné.

Mais Justin Trudeau, lui aussi, a vu ses plans contrariés.

Il misait sur le refroidissement du nationalisme québécois, sur ce qu’il appelle « la fin des vieilles chicanes ».

Il aurait pu alors se déchaîner contre la laïcité à la québécoise et nous imposer son multiculturalisme extrémiste.

À court terme, il sera prudent, car il alimenterait à la fois le nationalisme québécois et la colère des provinces de l’Ouest, qui ne voudront pas que toute la vie politique canadienne recommence à tourner autour de cette anomalie fatigante qu’est le Québec.

Ici encore, il est difficile de ne pas faire un parallèle avec le passé.

Trudeau père profite de sa victoire référendaire de 1980 pour imposer de force au Québec une nouvelle Constitution.

Mais le ressentiment au Québec ouvre la voie au retour des conservateurs sous Mulroney, qui voulaient réparer ce gâchis historique, mais dont l’échec relança le mouvement souverainiste.

Justin Trudeau voudra éviter cela.

Odeur

À court terme, le vrai problème pour le Québec est double.

D’abord, un gouvernement Trudeau qui se fout des déficits, soutenu par un NPD qui s’en fout encore plus, nous plongera dans de graves difficultés financières.

Quand l’inévitable ralentissement économique freinera les revenus d’Ottawa et relancera ses dépenses, nous plongerons encore plus creux.

Ensuite, Justin Trudeau et son nouvel ami, Jagmeet Singh, proposent une longue liste de mesures qui sont des intrusions fédérales dans les compétences du gouvernement québécois : santé, éducation, municipalités, etc.

Malheureusement, pour des tas d’électeurs, l’argent n’a pas d’odeur.

Il est terriblement difficile pour un gouvernement québécois de justifier que vous laisserez sur la table des centaines de millions au nom d’un principe constitutionnel.

J’ai joué dans ce film il y a vingt ans.

Ce tango va durer deux ans avant qu’on vous demande de retourner voter.