/opinion/columnists
Navigation

Les Canadas désunis

Les Canadas désunis
Capture d'écran, journaldemontreal.com

Coup d'oeil sur cet article

Je l’écrivais hier en chronique, le Québec est divisé. Mais le Canada l’est aussi. Ce grand pays continental a quelque chose d’artificiel. C’est une aberration historico-géographique. 

On parle ces jours-ci de séparatisme albertain. La province pétrolière se sent négligée par Ottawa et le reste du pays. Elle rêve de faire cavalier seul. Évidemment, l’Alberta ne fera jamais son indépendance. Ce n’est pas une nation. C’est une province frustrée, pour des raisons qui lui appartiennent. Sa révolte n’est pas identitaire, mais économique et politique. 

Cela dit, cette frustration peut remuer le Canada. La colère de l’Ouest a aussi une dimension morale. Le conservatisme social qui y joue un grand rôle ne trouve pas d’écho à l’est du pays.

Il faut parler aussi de l’Ontario, cette province qui représente à la fois le Canada d’hier et de demain. Dans les régions rurales, on retrouve encore le vieux Canada anglais orangiste, antifrancophone. À Toronto, inversement, domine le Canada de demain, postmoderne, postnational. 

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Ontario

Ce Canada, mais d’une autre manière, se retrouve aussi en Colombie-Britannique. Là-bas aussi, le Canada anglais à l’ancienne cohabite avec le Canada multiculturel, tourné vers l’Asie. Le moins qu’on puisse dire, c’est que la question du Québec y est incompréhensible. 

Les provinces atlantiques sont les véritables héritières du Canada anglais. Elles ne représentent pas l’avenir du pays, assurément, et ne sont pas particulièrement dynamiques, mais elles témoignent de ce qu’on pourrait appeler son identité profonde, antérieure à la révolution trudeauiste. C’est là aussi qu’on trouve, en Acadie, une très vieille implantation française au pays, qui résiste à l’assimilation de manière admirable. 

Dans tout cela, le Québec représente un État-nation enclavé dans la fédération. Il s’agit de l’expression politique d’une nation distincte. En d’autres temps, on aurait parlé d’un des deux peuples fondateurs du Canada – le politologue Christian Dufour dirait même que nous sommes le seul peuple véritablement fondateur de ce pays, que nous en sommes le noyau historique. Chose certaine, le Québec a une vocation naturelle à l’indépendance. Mais le Québec se fait canadianiser par une constitution qui vise sa neutralisation identitaire et une immigration qui le submerge progressivement. 

Dans ce vaste portrait, on ne saurait oublier les nations amérindiennes, longtemps laissées de côté, et qui réclament aujourd’hui une reconnaissance nouvelle. Si le Canada est prêt à leur accorder beaucoup symboliquement en les présentant comme les premiers peuples et les premières nations, il consent paradoxalement à ce que plusieurs d’entre elles vivent dans une forme de tiers-monde intérieur. 

Comment ne pas être révolté par ce mauvais sort ?

Partis

Dans l’histoire de ce pays, le Parti libéral a cherché à forger une conscience collective pancanadienne, transcendant les identités régionales, alors que le Parti conservateur s’est voulu favorable à la décentralisation et ouvert aux différentes composantes du pays. Aujourd’hui, le Canada est divisé comme jamais. 

On aurait envie de parler des Canadas. Et plus exactement, des Canadas désunis.