/opinion/columnists
Navigation

Réveillons-nous !

Le Québec demeure une nuisance.
Photo AFP Le Québec demeure une nuisance.

Coup d'oeil sur cet article

Lundi soir, Justin Trudeau paraissait triomphant. On aurait cru qu’il se disait : « Je l’ai échappé belle ! » Il ne semblait pas se rendre compte qu’il héritait d’un gouvernement minoritaire.

Deux jours plus tard, il fait preuve de « modestie et d’humilité », selon les médias. Comme si Justin Trudeau avait la moindre idée de ce qu’est l’humilité. D’ailleurs, mardi matin, le « modeste » vainqueur s’est précipité dans le métro de Montréal pour se faire prendre en selfie, posture qui le définit bien.

Puis, il s’est présenté revêtu du costume du pénitent devant des journalistes. « Je m’engage à réfléchir », a-t-il déclaré à propos du « message » envoyé par les électeurs. « Je reconnais qu’une grande partie de cette campagne a eu tendance à tourner autour de ma personnalité et j’en porte une part de responsabilité. » Un peu plus et il se mettait à pleurer.

Centralisateur

Justin Trudeau ne peut comprendre ce qu’il est incapable de comprendre. Justin Trudeau dirige un Canada en voie de balkanisation. Justin Trudeau n’a aucun atome crochu avec les revendications régionales de l’Ouest ou nationalistes du Québec. C’est un centralisateur pur jus. Les provinces sont des vestibules de la maison canadienne.

Il aura l’appui de son ami du NPD, Jagmeet Singh, centralisateur comme lui. N’oublions pas que le NPD n’a jamais pris racine au Québec à cause de cela.

Découvrez À haute voix, une série balado sur les enjeux de la société québécoise contemporaine, par Denise Bombardier.

Justin Trudeau se croit au-dessus des premiers ministres provinciaux, sauf lorsqu’ils sont libéraux, donc ses alliés naturels. Il n’a que l’unité du pays à la bouche, mais il agit comme un séparatiste. Il prêche l’amour, les voies ensoleillées, il organise des séances d’autoflagellation épisodiques et il cherche noise le soir à ses ennemis. C’est-à-dire à ceux qui n’adhérèrent pas à sa politique. Les premiers ministres de l’Ouest, en particulier l’Albertain, Jason Kenney, sont à ses yeux des primaires, des cowboys fringants, riches et nuisibles, qu’il doit « civiliser », car ce sont les pollueurs du Canada devenus prospères grâce à eux.

Nuisance

Le Québec demeure une nuisance, qui l’irrite au plus haut point. C’est la raison pour laquelle il l’affronte sans état d’âme. Mercredi, il a repris comme un mantra sa phrase définitive au sujet de la loi 21 : « Un premier ministre a toujours la responsabilité de défendre les droits fondamentaux. [...] La décision d’intervenir ou pas sera prise en temps opportun. » Réveillons-nous !

Assurés d’un bloc de votes en granit au Québec, avec Montréal et une partie de Laval, les libéraux de Justin Trudeau n’ont rien à craindre d’un balayage dont ils pourraient faire les frais dans deux ans.

La majorité francophone se départage, elle, entre la CAQ, les libéraux, QS et le PQ. Autrement dit, l’avenir n’est pas assuré pour les adversaires du PLC. Rien de surprenant puisque tout s’est joué – et, j’ajouterais, conclu – lors de l’échec du second référendum.

Pour le moment, le gouvernement Legault a sauvé les meubles. Son nationalisme ne peut être que pragmatique. Trop d’exigences face au gouvernement Trudeau mèneront à un cul-de-sac. Cela Justin Trudeau le comprend au-delà des apparences.