/finance/business
Navigation

Du plastique pour faire des souliers véganes

L’entreprise de La Pocatière utilise aussi du coton bio

chaussures véganes
Photo courtoisie, August Villa Isabelle Carrière, de La Pocatière, vend en ligne des chaussures véganes.

Coup d'oeil sur cet article

LA POCATIÈRE | Après les sacoches, porte-monnaie et vêtements véganes, voici qu’une compagnie québécoise lance une collection de chaussures faites avec des bouteilles de plastique recyclées et de la colle à base d’eau.

La Pocatoise Isabelle Carrière en avait assez de ne pas trouver de chaussures de ville autant véganes que fabriquées de façon éthique, dans les magasins ou sur internet.

« Ça se fait dans les sneakers, mais dans les chaussures de ville, je semble être la première entreprise à le faire à cette échelle, c’est-à-dire d’aller plus loin que la tige [recouvrement extérieur de la chaussure] et d’appliquer ces critères à la semelle, le talon, la colle, les renforts, la doublure », explique l’entrepreneure de 31 ans.

Comme on n’est jamais mieux servi que par soi-même, elle a décidé de lancer August Villa, basée à La Pocatière. Elle voulait défier l’idée que l’on doit se ranger soit du côté du style, soit du côté de l’environnement.

Pas facile

Il aura fallu deux ans et demi pour développer sa première collection.

« Il y a beaucoup de défis qui viennent avec le fait de travailler avec de nouvelles matières qu’on n’utilise pas normalement dans la chaussure », dit Mme Carrière.

Par exemple, il a fallu demander l’aide d’un spécialiste pour travailler avec la colle à base d’eau plutôt qu’à base de solvant. Aussi, la coloration du coton biologique et non blanchi ne se fait pas de la même façon.

Comme matériaux, elle utilise entre autres du coton biologique certifié GOTS (critères environnementaux et sociaux), des bouteilles de plastique recyclées pour les tiges, et des renforts faits à 80 % de rebuts de production recyclés, fabriqués dans une usine fonctionnant en partie à l’énergie solaire.

Les chaussures sont véganes, car on n’y trouve aucun produit provenant d’animaux ou encore de dérivé animal.

« Ce que j’ai réalisé, c’est que certains matériaux que nous identifions comme véganes par logique, par exemple le plastique ou le caoutchouc, ne sont pas nécessairement véganes puisque, dans leur transformation, des graisses animales peuvent faire partie de la pigmentation ajoutée au plastique ou au caoutchouc », ajoute la femme d’affaires.

Fabriquées au Portugal

Les chaussures sont fabriquées au Portugal, dans une entreprise familiale.

Mme Carrière s’est aussi assurée que ses clientes les trouvent confortables.

« On a l’impression qu’il faut faire un paquet de concessions pour avoir accès à une chaussure écoresponsable. Je ne porte pas de chaussures qui ne sont pas confortables, alors je n’allais certainement pas en produire », dit l’entrepreneure.

Les chaussures sont vendues en ligne au coût de 195 $, livraison incluse.