/opinion/columnists
Navigation

Martine Ouellet se trompe

Coup d'oeil sur cet article

Moins d’une semaine après la percée du Bloc Québécois aux élections fédérales, Martine Ouellet, l’ancienne cheffe du parti, est sortie de sa réserve. Au programme : la dénonciation d’Yves-François Blanchet, qui aurait renoncé à la promotion de l’indépendance en ne centrant pas sa campagne sur ce thème. Elle accuse même le chef du Bloc de vouloir collaborer avec le régime canadien, ce qui est faux.

Analysons cela plus largement. Dans le paysage politique actuel, Martine Ouellet passe pour la représentante de l’indépendantisme « pur et dur ».

Souveraineté

La stratégie qu’elle propose aux souverainistes se veut simple : ils devraient parler d’indépendance tout le temps, de toutes les manières possibles, à propos de tous les sujets. Un jour, les Québécois finiront bien par comprendre. Mais cette stratégie est moins efficace que ne le croit Martine Ouellet. Elle conduit plutôt les indépendantistes à s’enfermer dans un univers parallèle, où ils se parlent entre eux, en étant persuadés d’incarner l’avant-garde éclairée de la nation.

Écoutez Les idées mènent le monde, une série balado qui cherche a éclairer, à travers le travail des intellectuels, les grands enjeux de sociétés.

Sauf que l’indépendance ne viendra pas au terme d’un long exercice pédagogique où de doctes militants auront expliqué au bon peuple pourquoi il se trompait jusqu’à présent. Elle viendra au terme d’une crise de régime révélant au grand nombre, à la manière d’un choc politique et symbolique, la contradiction insurmontable entre la défense de notre identité et notre appartenance au Canada.

Legault

C’est ce que j’appelle le détour autonomiste. Il peut sembler insatisfaisant pour les partisans de la ligne droite. Mais cette dernière mène directement dans un mur. Inversement, en poussant toujours plus loin notre quête d’autonomie et la promotion de notre identité, nous serons amenés, tôt ou tard, à redécouvrir les limites du Canada.

Allons plus loin. De ce point de vue, même s’il ne s’en rend pas compte et pense assurément le contraire, François Legault fait beaucoup plus pour la cause de l’indépendance que Martine Ouellet.