/news/politics
Navigation

Joëlle Boutin candidate pour la CAQ dans Jean-Talon

Coup d'oeil sur cet article

La Coalition avenir Québec ne tient rien pour acquis à l’approche de l’élection partielle dans la circonscription de Jean-Talon, à Québec.  

C’est ce qu’a déclaré le chef du parti, François Legault, en présentant dimanche la candidate de sa formation politique pour le prochain scrutin. 
 
Il s’agit de Joëlle Boutin, chef du cabinet du ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale, Éric Caire, et candidate défaite dans la même circonscription lors des élections générales d’octobre 2018.
 
Photo Agence QMI, Guy Martel

« C’est un château fort libéral, donc on ne tient rien pour acquis. Les libéraux sont ici depuis longtemps dans Jean-Talon, donc ça va être une lutte qui va être serrée », a affirmé François Legault depuis le local électoral de sa candidate, bondé de militants du parti.

 
Même si le premier ministre a déjà déclaré qu’il considérerait une victoire dans Jean-Talon comme un appui à sa Loi sur la laïcité de l’État, il a tenu à rappeler qu’il s’agissait « d’un sujet » parmi plusieurs.
 
Photo Agence QMI, Guy Martel
 
Le comté a « manqué d’amour »
 
Vantant sa connaissance du comté, Joëlle Boutin a reconnu que les autres formations politiques étaient très actives sur le terrain, particulièrement Québec solidaire dont certains députés ont déjà commencé à faire du porte-à-porte dans Jean-Talon. « Il ne faut surtout pas sous-estimer [Gertrude] Bourdon (la candidate présumée du Parti libéral du Québec), ni aucun autre candidat qui va se présenter, même au niveau de QS, du PQ et du PLQ », a indiqué Joëlle Boutin aux côtés de François Legault et de la vice-première ministre, Geneviève Guilbault.
 
Photo Agence QMI, Guy Martel

Selon elle, le comté a « manqué d’amour » et les citoyens de Jean-Talon bénéficieraient « d’une vraie députée implantée dans le milieu qui sait comment faire avancer leurs dossiers ».

Photo Agence QMI, Guy Martel
 
« C’est un comté qui a été tenu pour acquis beaucoup par les libéraux pour faire passer des candidats vedettes qui souvent ne venaient même pas de la région de Québec », a-t-elle affirmé.
 
Photo Agence QMI, Guy Martel
 
Aux urnes le 2 décembre
 
La date officielle de l’élection partielle dans la circonscription de Jean-Talon n’a pas encore été annoncée officiellement, mais les pancartes électorales de Joëlle Boutin laissaient peu de place au suspense. « Votez le 2 décembre 2019 », pouvait-on lire sous le nom de la candidate caquiste.
 
Photo Agence QMI, Guy Martel

Cette élection doit permettre de pourvoir le poste laissé vacant à la suite du départ du libéral Sébastien Proulx. Ce dernier, qui était ministre de l’Éducation sous Philippe Couillard, l’avait emporté par une majorité de 1363 voix sur Joëlle Boutin en octobre 2018.