/entertainment
Navigation

Pour vous, l’entraînement privé?

Young woman doing push-ups on a medicine ball with a coach
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Que ce soit en raison d’un manque de motivation envers l’entraînement, d’un désintérêt face aux salles de gym, de la volonté d’obtenir un programme et un suivi plus personnalisés, d’une quête de résultats rapides... Plusieurs raisons peuvent favoriser l’entraînement privé.

 

1. La motivation

La motivation est souvent
plus facile à trouver avec
un entraîneur personnel.
Photo courtoisie, Énergie Cardio
La motivation est souvent plus facile à trouver avec un entraîneur personnel.

Faire de l’exercice seul dans son salon ou se rendre à la salle de gym pour s’entraîner demande de gros efforts pour certaines personnes qui préfèrent parfois abandonner. Leur motivation pour bouger pourrait toutefois être nourrie par l’accompagnement d’un entraîneur privé. « Juste de savoir que quelqu’un nous attend peut nous faire lever et aller à la salle d’entraînement plus facilement », souligne Marc-Antoine Pépin, vice-président de la Fédération des kinésiologues du Québec. Présent pour encourager et guider, sa présence aide à garder une motivation bien vivante.

2. Entraînement personnalisé

Comme le constate M. Pépin, un grand nombre de programmes d’entraînement sont disponibles sur internet, mais ils ne conviennent pas à tous, surtout lorsqu’on souffre de problèmes de santé. L’entraîneur personnel prendra le temps de déterminer des objectifs réalistes à atteindre selon les besoins de son client, d’évaluer sa condition physique, d’établir un programme d’entraînement personnalisé et « à travers tout ça, il va l’aider à développer le plaisir de l’entraînement », explique Jean-Denis Thomson, directeur de l’entraînement et entraîneur personnel chez Énergie Cardio.

3. Progresser plus rapidement vers son objectif

L’entraînement privé
peut faire en sorte
d’arriver à ses
objectifs plus
rapidement
Photo courtoisie, Fédération des kinésiologues du Québec
L’entraînement privé peut faire en sorte d’arriver à ses objectifs plus rapidement

Ainsi accompagnée et conseillée, la personne qui s’entraîne verra le fruit de ses efforts récompensé et ses progrès l’inciteront à poursuivre. « Le plus gros avantage à avoir un entraîneur personnel, c’est qu’il permet d’atteindre ses objectifs plus rapidement et avec moins d’efforts », souligne M. Thomson.

En suivant un programme qui tient compte de ses capacités et de ses limites, en se fixant un objectif et un échéancier réalistes pour y parvenir, en fournissant toujours le bon niveau d’effort, en augmentant les charges aux bons moments, en favorisant des exercices motivants et en ne se contentant pas de demeurer dans sa zone de confort grâce aux encouragements et conseils de son entraîneur, la progression sera plus rapide.

4. Limiter les risques de blessures

Aux côtés de son client lorsque ce dernier se met en forme, l’entraîneur peut corriger des mouvements, des positions ou une trop forte intensité par exemple, qui pourraient causer des blessures. Il est toujours à sa disposition pour répondre à ses questions, lui faire une démonstration ou réaliser l’exercice avec lui afin que ceux-ci soient réalisés de façon sécuritaire.

5. Une autre option

À la Clinique du PEPS de l’Université Laval, des kinésiologues proposent d’être ce qu’on pourrait appeler des entraîneurs à distance. C’est-à-dire qu’ils réalisent une évaluation de la condition physique, prescrivent un programme d’aérobie et de musculation sur mesure, établissent un plan d’intervention, puis le client réalise ensuite son entraînement à la maison, tout en profitant d’un suivi actif.

Avant de s’entraîner de façon autonome, le kinésiologue aura pris le temps de lui « faire une démonstration du programme, pour s’assurer de la maîtrise et de la compréhension des mouvements pour qu’il puisse faire les exercices en toute sécurité », indique Marc Brunet, chargé d’enseignement en médecine à l’Université Laval et directeur du service de kinésiologie à la Clinique du PEPS de l’Université Laval.

Choisir son entraîneur privé en 5 points

Au moment de faire appel à un entraîneur privé, les choix se multiplient. Voici donc quelques conseils pour dénicher celui qui convient à vos besoins.

Young woman doing push-ups on a medicine ball with a coach
Photo Adobe Stock

1. Établir son objectif

Pour choisir son entraîneur privé, il faut d’abord établir l’objectif à atteindre, qui correspondra à la spécialité (ou l’une des spécialités) de l’entraîneur choisi : perte de poids, demeurer actif pendant et après la grossesse, performance sportive, remise en forme, réadaptation, etc. Soyez assuré que vous formez le bon duo.

2. Un bon contact

Comme l’explique M. Pépin, « le plus important est qu’il faut qu’il y ait un bon contact », car l’entraîneur et son client se verront plusieurs fois par semaine. La communication est également primordiale. Par exemple, si le client n’aime pas être touché, les étirements assistés ne seront pas appropriés et s’il déteste un exercice sans en informer son entraîneur, sa motivation sera affectée.

3. Est-il qualifié ?

Tout le monde peut devenir entraîneur privé, c’est pourquoi il est important de s’informer au sujet de ses qualifications. C’est d’autant plus vrai lorsque la personne souffre de problèmes de santé, puisque son entraîneur devra posséder les connaissances pour établir un programme qui respectera sa condition physique, ses limites. Le site internet de la Fédération des kinésiologues du Québec propose un répertoire permettant de trouver un kinésiologue qui répond à différents besoins.

En raison de ses connaissances, notamment de l’anatomie humaine, de la biomécanique du mouvement humain, de la physiologie de l’exercice, des méthodes d’entraînement, de la psychologie de l’activité physique et du sport, qui font partie des différents sujets que couvre sa formation universitaire (baccalauréat), le kinésiologue est outillé pour adapter un entraînement à la condition physique particulière d’une personne. Par exemple, si celle-ci souffre de diabète, d’ostéoporose, d’hypertension, de problème cardiaque, le kinésiologue « va adapter son entraînement pour aller chercher les bénéfices de l’activité physique en diminuant les risques », mentionne M. Pépin.

D’autres formations peuvent aussi mener à une carrière d’entraîneur personnel, dont les baccalauréats en Éducation physique, en Intervention sportive et en Sciences de l’exercice, explique M. Thomson. Il est aussi possible d’obtenir des certifications auprès de différents organismes, puis certains entraîneurs sont autodidactes, s’appuyant sur leurs expériences sportives personnelles.

4. Où s’entraîner ?

Young woman doing push-ups on a medicine ball with a coach
Photo Adobe Stock

Il est aussi important de déterminer un endroit pour s’entraîner. S’il est impossible de le faire à la maison ou dans le parc voisin par exemple, l’entraîneur pourrait avoir accès à une salle de gym ou à son propre local.

Les centres d’entraînement physique par exemple, proposent souvent les services d’entraîneurs personnels, puis mettent à la disposition des clients, non seulement l’espace, mais les équipements nécessaires. Au coût des entraînements personnalisés, il faut alors ajouter l’abonnement mensuel au gym.

Young woman doing push-ups on a medicine ball with a coach
Photo Adobe Stock

5. Signer un contrat

Comme l’explique M. Pépin, « le plus important est qu’il faut qu’il y ait un bon contact », car l’entraîneur et son client se verront plusieurs fois par semaine. La communication est également primordiale. Par exemple, si le client n’aime pas être touché, les étirements assistés ne seront pas appropriés et s’il déteste un exercice sans en informer son entraîneur, sa motivation sera affectée.