/news/currentevents
Navigation

Les dossiers du père et de la belle-mère de la fillette de Granby reportés

Coup d'oeil sur cet article

GRANBY - Les dossiers du père et de la belle-mère de la fillette de Granby décédée dans des circonstances atroces en avril dernier ont été reportés au 12 décembre afin de fixer les dates de leur enquête préliminaire. 

Pour l'instant, les semaines des 17 et 24 février ont été retenues sauf que l'indisponibilité d'un témoin clé pourrait retarder les procédures, c'est du moins ce qu'a laissé entendre l'avocat du père au juge, lundi matin. 

«L'éclairage qu'il pourrait apporter est essentiel à la cause de mon client et pourrait nous empêcher de tourner en rond», a mentionné Me Martin Latour. 

Le témoin, qu'on ne peut identifier en raison de ses fonctions, n'a pas encore été rencontré par les enquêteurs de la Sûreté du Québec à cause de problèmes de santé. Sa version serait essentielle à la compréhension des événements, admettent toutes les parties impliquées au dossier. 

Le père s'est présenté devant la Cour comme l'exigent ses conditions de remise en liberté émises le 6 septembre dernier. L'homme de 30 ans est accusé de négligence criminelle causant la mort, de séquestration, d’abandon d'enfant et d'avoir omis de lui fournir les choses essentielles à la vie. 

La belle-mère de 36 ans fait face à des accusations de meurtre non prémédité, de séquestration et de voies de fait graves. Elle demeure détenue pour le moment même si elle n'a pas encore renoncé à une demande d'enquête caution. 

Découverte inanimée à l'intérieur de la résidence familiale de Granby le 29 avril, la fillette de sept ans qui faisait l'objet d'un suivi de la part de la DPJ depuis sa naissance, est décédée le lendemain à l'hôpital, vraisemblablement victime de maltraitance. 

Ce tragique événement a choqué le Québec tout entier, ce qui a incité le gouvernement à ordonner la tenue d'une commission spéciale d'enquête sur les droits des enfants et la protection de la jeunesse. 

Cette commission, dirigée par l’ancienne présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec et ancienne analyste à l’émission «La Joute», Régine Laurent, a amorcé ses audiences la semaine dernière à Montréal et va parcourir la province au cours des prochains mois.