/finance/business
Navigation

Musique en ligne: des miettes pour les artistes

Coup d'oeil sur cet article

Malgré les revenus en forte hausse encaissés par les plateformes de musique en ligne, les producteurs québécois de contenu continuent de toucher peu, soit moins de 40$ en moyenne par année.

Le chanteur Pierre Lapointe a dénoncé dimanche soir, lors du Gala de l’ADISQ, les faibles redevances offertes aux créateurs de contenu sur des plateformes d’écoute comme Spotify. 

 

Il a aussi exigé que les géants du web paient leur juste part d’impôt et que les producteurs de contenu soient rémunérés convenablement.

«Pour un million d’écoutes de ma chanson Je déteste ma vie sur l’application Spotify, j’ai écrit les paroles et la musique, j’ai touché 500$. J’ai l’impression que la contribution à Spotify vaut plus que 500$», a-t-il dénoncé.à  

  • ÉCOUTEZ l'entrevue de Nelson Minville, parolier québécois, sur ce sujet à QUB Radio:  

Moyenne de 38,72$ par année

Les données compilées par la société de gestion des droits d’auteur, la SOCAN, indiquent que les créateurs n’ont reçu que 38,72$ en moyenne en provenance de plateformes de streaming comme Spotify, Apple, Google, Amazon et Netflix en 2017. 

«C’est sensiblement le même montant pour 2018», a indiqué hier au Journal la chef des affaires du Québec à la SOCAN, Geneviève Côté.  

  • ÉCOUTEZ la chronique de Michel Girard sur les plateformes de musique en ligne à QUB Radio:  

Les données de la SOCAN précisent que le montant de 38,72$ par an est une moyenne par créateur, excluant les éditeurs. Mme Côté croit que les grandes plateformes de musique en continu devront changer les algorithmes afin de favoriser le contenu local plutôt que les titres les plus populaires. 

La SOCAN qui ne veut pas parler de «quotas» évoque plutôt une «obligation de présence» pour ces grandes plateformes d’offrir en référence des contenus locaux. 

«Quand on pense aux artistes québécois, ils ne sont pas recommandés ni visionnés beaucoup. C’est comme le phénomène Hygrade : si on est vu plus, on va être payé plus», a-t-elle laissé entendre.