/investigations/polices
Navigation

Parti libéral de Jean Charest: révélations troublantes sur une enquête inachevée

Un livre de notre Bureau d’enquête révèle les allégations transmises à l’UPAC sur le Parti libéral de Jean Charest

de
Photo d'archives, Annie T. Roussel

Coup d'oeil sur cet article

 Avant de verser un salaire de 75 000$ à Jean Charest, le Parti libéral du Québec aurait remboursé une partie de l’hypothèque de sa maison de Westmount.   

 Ces informations ont été obtenues par les enquêteurs de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) dans le cadre du projet Mâchurer, qui s’intéresse à des allégations de financement illégal au Parti libéral du Québec (PLQ).       

 Elles sont contenues dans le livre PLQ inc., écrit par notre Bureau d’enquête, qui est en librairie dès aujourd’hui.       

 L’un des aspects de cette enquête consistait à faire la lumière sur un pont d’or qui aurait été offert à M. Charest pour l’inciter à devenir chef de la formation en 1998.       

 Une des confidences reçues par les enquêteurs provient de Ronald Poupart, lequel était directeur de cabinet de M. Charest à cette époque.       

 Lors d’une rencontre avec les policiers en septembre 2014, M. Poupart leur a parlé d’un soutien financier concret qui aurait été offert au chef libéral, pendant qu’il était dans l’opposition à Québec.       

 «J’ai su par l’entremise de Joël Gauthier [le directeur général du PLQ à cette époque] que Jean Charest, alors chef de l’opposition, se faisait payer son hypothèque résidentielle, ou en partie, par le PLQ», a raconté M. Poupart aux enquêteurs.       

   

  •  Les journalistes Jean-Louis Fortin et Félix Séguin étaient à l’émission Dutrizac sur QUB radio:    

  

  

 Éthique  

 Selon les policiers, M. Poupart, qui a été en poste de 2000 à 2004, n’a avancé aucun chiffre sur la valeur de ce soutien financier.       

 Mais des informations publiques indiquent que les paiements hypothécaires de M. Charest totalisaient 32 553,48$ par année au moment de l’achat de sa résidence, en 1999, au prix de 539 000$.       

 Mal à l’aise devant cet avantage que le PLQ aurait versé à M. Charest, M. Poupart s’est ouvert à l’époque à l’homme d’affaires Marc Bibeau, un bénévole très actif dans le financement libéral.       

 Selon M. Poupart, la formation politique devait faire preuve de plus de transparence avec ce qui avait tout l’air d’un revenu versé à M. Charest.       

 «J’en ai alors parlé à Marc Bibeau qu’éthiquement, c’était difficile à accepter, et que le parti devrait lui verser un salaire à la place. Ce qui a été fait», a raconté M. Poupart aux enquêteurs de l’UPAC.       

 Ce n’est qu’en 2008 que le PLQ a admis qu’il versait à M. Charest un salaire de 75 000$ depuis 10 ans, en plus de la rémunération qu’il recevait comme premier ministre.       

 «Affaires de parti»  

 Cinq ans après avoir parlé aux policiers de l’UPAC dans le cadre de l’enquête Mâchurer, M. Poupart s’est montré beaucoup plus réservé lorsque notre Bureau d’enquête l’a contacté au téléphone.       

  Il a soutenu n’avoir jamais entendu parler de quoi que ce soit à propos des sommes que le PLQ aurait pu verser à son chef. «Ça, c’est vraiment des affaires de parti. Je ne me suis jamais mêlé de ça. On ne m’a jamais expliqué de A à Z cette histoire-là.»       

 Questionné à son tour, le DG du parti de 1999 à 2003, Joël Gauthier, a assuré n’avoir aucune information à ce sujet.       

 «Honnêtement, je m’en rappellerais, a-t-il dit en entrevue. C’est assez gros, je l’aurais su.»       

 Son train de vie suscitait l’étonnement       

Jean Charest rigole avec le premier ministre de l’époque, Philippe Couillard, au congrès du Parti Libéral de 2017.
Photo d'archives, Annie T. Roussel
Jean Charest rigole avec le premier ministre de l’époque, Philippe Couillard, au congrès du Parti Libéral de 2017.

 Peu après avoir fait le saut en politique québécoise, l’ex-chef libéral Jean Charest avait le train de vie de «quelqu’un qui gagnait 700 000$», a raconté un témoin à l’UPAC.  

 Dans le cadre du projet Mâchurer, les enquêteurs de l’UPAC ont rencontré un de ses amis de longue date.       

 Bruno Fortier est un proche du couple formé par Jean Charest et Michèle Dionne. Peu après l’élection des libéraux, en 2004, M. Fortier a été nommé directeur des affaires économiques à la Délégation générale du Québec à New York, puis promu délégué général de l’antenne new-yorkaise trois ans plus tard.       

 Lors d’un premier entretien, en janvier 2016, les policiers de l’UPAC demandent à M. Fortier si le salaire de M. Charest correspondait à son niveau de vie. Sa réponse est sans équivoque: en faisant «une règle de trois», il constate un manque à gagner qu’il évalue de 200 000$ à 300 000$ par année.       

 Chalet à North Hatley  

 Comment M. Charest pouvait-il avoir les moyens de payer l’hypothèque de sa maison achetée en 1999 à Westmount, la location de son chalet à North Hatley, ses taxes foncières, les frais d’inscription de ses enfants à l’école privée et ses vêtements? demande-t-il.       

 «Il roulait comme quelqu’un qui gagnait 700 000$», a affirmé M. Fortier aux enquêteurs.       

 M. Fortier sera rappelé à Québec en 2008 à la suite de plaintes de harcèlement psychologique.       

 L’UPAC a également interrogé un ancien membre du cabinet de M. Charest, en novembre 2016, à propos de la résidence de Westmount.       

 À notre Bureau d’enquête, cet ex-employé, qui a demandé l’anonymat, confie que c’est la décision d’acheter une maison à Westmount qui a éveillé les soupçons sur le train de vie du chef libéral.       

 «Mauvaise image»  

 «Pourquoi à Westmount? Je ne comprends pas, dit-il. Ça donne une mauvaise image. Il aurait dû aller ailleurs à Montréal. Quand tu choisis Westmount, tu alimentes les perceptions. Et la politique, c’est la perception.»       

 Quelques jours avant de rencontrer M. Fortier en janvier 2016, les enquêteurs avaient également parlé au sénateur conservateur Leo Housakos, lequel leur avait fourni des pistes au sujet de la situation financière de M. Charest.       

 M. Housakos n’a pas répondu à notre demande d’entrevue.