/sports/opinion/columnists
Navigation

Pas facile de diriger l’Impact

Impact de Montréal
Photo Pierre-Paul Poulin Le nouveau directeur sportif de l’Impact Olivier Renard a la lourde tâche de dénicher la perle rare qui pourra mener la barque du XI montréalais à bon port.

Coup d'oeil sur cet article

Depuis son entrée en MLS, l’Impact est devenu une machine à avaler les entraîneurs.

Plusieurs profils ont fait les frais d’une expérience par le club : des entraîneurs américains qui connaissaient la ligue de fond en comble ; une légende locale qui a fait toute sa carrière ou presque dans la métropole ; des Européens avec de l’expérience sur les lignes de touche, mais avec une méconnaissance évidente du circuit Garber.

Jusqu’ici, aucun n’a réussi à s’enraciner à Montréal et rester à la barre de l’équipe pour plusieurs saisons.

Aucune patience

Comme beaucoup d’autres clubs dans le monde, l’Impact n’a pas de patience avec ses coachs.

Les émotions prennent rapidement le dessus sur la raison, et on congédie à la vitesse de l’éclair.

En ce sens, on est en droit de se demander ce que le Bleu-blanc-noir cherche. Comme la philosophie du club n’a jamais vraiment été établie, sait-on seulement ce que l’Impact veut être profondément ? Et ne me répondez pas qu’il veut gagner, tout le monde veut gagner!

En abordant le problème de cette façon, on comprend bien pourquoi l’environnement du onze montréalais est volatile. Comment vraiment évaluer proprement le travail d’un employé sans savoir clairement ce que l’on exige de lui ? Il y a bien plus que gagner des matchs.

Le rôle

Certes, les entraîneurs occupent une place importante dans les résultats d’une équipe. Mais comme je le répète souvent, ce ne sont pas eux qui effectuent des arrêts ou marquent des buts. Je souligne l’évidence parce que je veux mettre l’emphase sur le leadership qu’ils doivent exercer.

Parce que les entraîneurs sont aussi à la merci du recrutement fait par leur club. Personne ne fait des miracles sans de bons joueurs dans son effectif.

Le défi du pilote réside dans cette relation qu’il bâtit avec le personnel technique et les joueurs. Est-il en mesure de les convaincre à adhérer à un projet ? Est-il en mesure d’établir une relation de confiance avec le groupe ?

Depuis l’arrivée de l’Impact dans le circuit Garber, on n’a jamais senti que leur mentor avait les outils nécessaires pour arriver à ses fins. De plus, jamais on n’a eu l’impression que l’environnement de travail était positif, que l’entraîneur pouvait travailler l’esprit en paix.

À Renard de jouer

À ce stade-ci, les responsabilités de restructurations semblent tomber dans la cour du directeur sportif, Olivier Renard. Il aura la lourde tâche de reprendre, presque du début, les façons de faire de l’Impact et d’aligner l’ADN du club avec ses choix sportifs et administratifs.

Évidemment, le choix du successeur de Wilmer Cabrera en est un crucial pour Renard. Il devra s’assurer que le nouveau leader s’inscrit dans le projet qu’il veut établir.

Cette cohésion entre le directeur sportif et le pilote devra se faire sentir dans le choix des joueurs, aux entraînements et ultimement dans l’exécution sur le terrain la saison prochaine. Ce sera à ce nouveau tandem de harnacher l’énergie engrangée par la nouvelle saison, la Ligue des champions, et de canaliser le tout.

De plus, ils devront faire comprendre à la direction, M.Saputo en premier, que ce ne sera pas un long fleuve tranquille. La transformation est importante à ce point qu’il est presque assuré que l’équipe traversera des difficultés à court, voire à moyen terme.

Ce revirement de situation à l’Impact ne s’effectuera pas en quelques jours seulement, ni même en quelques années. On ne change pas un club qui a plus de 25 ans d’histoire en criant « ciseau! »

Donc, sur qui Renard arrêtera-t-il son choix en tant que nouvel entraîneur du Bleu-blanc-noir ? Difficile à dire à ce moment parce que le Belge s’est très peu exprimé.

Mais, quand il aura fait son choix, il aura intérêt à bien le communiquer. Parce que les partisans de l’équipe, à ce moment de l’histoire de l’Impact, ont besoin de voir et de comprendre les objectifs et le travail qui y sera effectué.