/news/transports
Navigation

Véhicules militaires : la SAAQ devrait assouplir ses règles

Véhicules militaires : la SAAQ devrait assouplir ses règles
Photo Jean-François Racine

Coup d'oeil sur cet article

Après deux mois d’échanges entre les propriétaires de véhicules de type militaire et le gouvernement qui voulait restreindre leur utilisation sur le réseau routier, les deux parties semblent avoir trouvé un terrain d’entente pour régler le litige.  

Environ 1500 propriétaires de véhicules de type militaire étaient furieux contre la SAAQ depuis le 22 août. Depuis plusieurs semaines, le groupe a d’ailleurs multiplié les démarches et les protestations.  

La Société de l’assurance automobile du Québec avait décidé de limiter l’utilisation de ces véhicules sur les chemins publics où la limite de vitesse est égale ou inférieure à 70 km/h. Ces véhicules devaient être bannis des autoroutes, ainsi que sur les routes provinciales où la limite est de 90 km/h.  

Sécurité  

En plein été, le ministre des Transports François Bonnardel avait signé un arrêté ministériel à cet effet. Interrogé sur le sujet, le ministre était demeuré ferme dans son intention de bannir leur utilisation sur les autoroutes et les routes provinciales pour des raisons de sécurité.  

Les échanges se sont toutefois poursuivis au cours des dernières semaines et l’arrêté ministériel pourrait être modifié prochainement.  

Les véhicules de type militaire devraient pouvoir de nouveau accéder à l’ensemble du réseau routier après avoir réussi une certification réalisée par un ingénieur indépendant suivi d’une vérification mécanique afin de s’assurer que les véhicules sont sécuritaires.  

Pour ceux immatriculés avant le 22 août 2019, ils bénéficieront d’une période de transition de trois ans pour obtenir la certification.  

Des modifications  

Le ministre aurait également l’intention de proposer une modification au Code de la sécurité routière afin d’établir les principes.  

« Nous allons croire en la bonne foi de tous dans ce dossier », a affirmé une source relativement satisfaite.  

Si le gouvernement va de l’avant avec ces changements, il sera possible pour ceux qui ont modifié leur plaque d’immatriculation pour une plaque C (à circulation restreinte) d’obtenir de nouveau une plaque promenade.  

Au bureau du ministre Bonnardel ainsi qu’à la SAAQ, la réponse est la même : « Des discussions positives ont toujours lieu et le dossier chemine. »  

Un club privé en a toutefois diffusé la nouvelle à ses membres mardi soir.