/investigations
Navigation

L'ex-collecteur de fonds libéral Franco Fava s’attendait à se faire passer les menottes

Ouverte depuis huit ans, l’enquête de l’UPAC n’est toujours pas conclue

Franco Fava
Photo d'archives, Jean-Francois Desgagnés

Coup d'oeil sur cet article

Un des principaux suspects dans une retentissante affaire de fraude immobilière alléguée, l’ancien collecteur de fonds libéral Franco Fava, s’attendait déjà, il y a quatre ans, à se retrouver «les menottes» aux poignets.

L’Unité permanente anticorruption (UPAC) a entre les mains des informations démontrant que Franco Fava s’attendait, en 2015, à être arrêté. 

«Au pire, c’est moi qui serai accusé. C’est du criminel, les menottes dans le dos avec un esti de show médiatique. Au pire, je paierai de l’impôt», affirmait-il à d’autres suspects avec qui il était attablé dans un restaurant de Québec.  

Tous étaient ciblés par le projet policier Justesse. Cette enquête, amorcée en 2011, s’est penchée sur des transactions immobilières douteuses faites en 2004 et en 2007 par la Société immobilière du Québec (SIQ). 

M. Fava et deux autres ex-organisateurs du Parti libéral du Québec, William Bartlett et Charles Rondeau, sont au nombre des suspects, tout comme l’ex-patron de la SIQ, Marc-André Fortier. 

L’UPAC croit qu’ils ont commis une fraude qui leur a permis d’empocher des commissions secrètes de plus de 2 millions $ «dans le cadre de la vente de bâtisses et de locations à long terme». 

Les confidences de M. Fava à ses proches sont révélées dans le livre PLQ inc. de notre Bureau d’enquête, en librairie depuis le début de la semaine. 

  • Le journaliste Félix Séguin était à l’émission Dutrizac sur QUB radio parler du projet Justesse:

Des précautions

Rendu public pour la première fois par un reportage de Radio-Canada diffusé en novembre 2016, le travail des enquêteurs dans ce dossier était déjà connu des principaux suspects. 

Dès mai 2015, M. Fava et M. Bartlett multipliaient les précautions pour éviter les oreilles indiscrètes quand ils se rencontraient. À au moins une occasion, ils ont notamment choisi de se réfugier sur les verts d’un terrain de golf. 

M. Fava aurait également tenté de faire disparaître des traces de transactions sur un compte en Autriche, où les policiers croient que les suspects ont caché des commissions secrètes.  

L’UPAC dispose de documents montrant d’ailleurs qu’il voulait se rendre à Vienne, avec M. Rondeau, pour fermer des comptes bancaires, à la fin de l’été 2015. 

En novembre 2016, au moment de la diffusion du reportage de Radio-Canada à leur sujet, trois des quatre principaux suspects avaient nié toute malversation. M. Rondeau était le seul à ne pas avoir émis de commentaire. 

À l’hôpital

Dans une entrevue au Bureau d’enquête au cours des dernières semaines, M. Rondeau a brièvement réagi aux allégations concernant les commissions secrètes. 

«Je n’ai pas reçu d’argent», a-t-il dit, en ajoutant ne pas avoir rencontré d’enquêteurs de l’UPAC. 

M. Rondeau a confié avoir des ennuis de santé.  

«Je suis en examen, je sors de l’hôpital, j’y retourne la semaine prochaine», a-t-il dit. 

Jusqu’ici, aucun des suspects n’a été arrêté. L’an dernier, notre Bureau d’enquête a révélé que les policiers avaient dû reporter trois fois la date prévue pour procéder à des arrestations. 

Les autorités attribuaient ces reports à un manque de collaboration de la justice. La direction de l’UPAC avait ensuite admis que l’échéancier avait été «modifié», tout en niant un report des arrestations. 

Des enquêteurs ont prétendu être des journalistes 

Les enquêteurs de l’Unité permanente anticorruption (UPAC) se sont fait passer pour des journalistes afin de déstabiliser les principaux suspects de l’enquête Justesse, a appris notre Bureau d’enquête. 

Ce stratagème a été utilisé par les policiers en mai 2015. Leur objectif était de provoquer des conversations entre les suspects et de les forcer à poser des gestes qui pourraient prouver leur culpabilité devant la justice. 

Deux agents d’infiltration ont ainsi réussi à rencontrer à leur domicile l’ex-président-directeur général de la Société immobilière du Québec, Marc-André Fortier, et un ancien vice-président, Pierre Fournier.  

Traite bancaire

En se faisant passer pour des journalistes, ils ont réussi à leur poser des questions au sujet des interrogations au centre de l’enquête policière Justesse. 

Un des deux agents réussira également, sous cette couverture, à rencontrer le collecteur de fonds libéral Charles Rondeau, à qui une copie d’une traite bancaire sera exhibée. 

Les policiers auront moins de chance avec un autre collecteur de fonds, Franco Fava, qu’ils ne réussiront pas à contacter directement. 

L’objectif de provoquer de l’activité entre les suspects sera toutefois atteint. M. Rondeau aura des échanges à ce sujet avec M. Fortier et avec M. Fava.

 

PLQ INC., UN LIVRE-CHOC DE NOTRE BUREAU D’ENQUÊTE

Franco Fava
Photo Martin Chevalier